Bonjour, bonjour !

Il y a une semaine, je vous proposais de gagner vos places pour le Salon du Livre de Paris. Aujourd’hui, je viens vous présenter le bilan de ma visite (ou plutôt mes visites, car il y en a eu trois au total).

Munie de mon badge de « professionnelle », j’ai d’abord pu participer à la soirée d’inauguration, où j’ai vu de loin (entre autres) Jean-Marc Ayrault, Aurélie Filippetti et Cristina Kirschner. Et je dis bien « voir de loin », car il était totalement impossible d’entendre ou de voir ce qui se passait. Agglutinés sur l’estrade consacrée à l’Argentine, pays à l’honneur de cette édition 2014 du Salon du Livre, située dans un angle impossible d’accès, il était vraiment très difficile d’assister à cette ouverture officielle. Dire qu’il y avait une grande scène prévue pour les conférences au fond du salon ! Mais non, il a fallu que ces personnages importants de notre paysage politique soient totalement camouflés en plein milieu des stands. Organisation zéro.

BjL-yWiIUAQqst1.jpg-large

J’ai donc commencé à déambuler tranquillement parmi les stands, pour découvrir dans certains cas de véritables espaces de librairie qui donnaient envie de s’attarder. Rapidement, la foule est arrivée. Plus aucun espace pour marcher, du monde partout, des gens prêts à vous piétiner pour obtenir un macaron… J’ai choisi de passer mon tour après être allée parler de mon petit blog sur plusieurs stands, m’intéressant sur les possibilités de partenariats et les modalités de participation. Si quelques rares stands prennent la peine d’approfondir la conversation pour vous connaître et découvrir quelles sont vos motivations – je pense notamment à la très souriante chargée de communication du Livre de poche qui s’est montrée très avenante -, la plupart des attachés de presse à qui je me suis adressée m’ont prise de haut et m’ont très froidement répondu. Message reçu. Oui, je suis une blogueuse littéraire débutante, mais je n’en reste pas moins une lectrice qui propose de parler des produits dont ils ont la publicité à charge ! L’endroit n’était sûrement pas le meilleur pour des personnes très sollicitées…

Lors de mes visites suivantes, j’ai pu davantage apprécier les allées plus vides (le vendredi matin dès l’ouverture, et le lundi soir pour la clôture). J’ai assisté à une conférence sur les communautés de lecteurs, en présence de représentants de lecteurs.com, Babelio, Myboox, et Milady, que j’ai d’ailleurs trouvée plutôt enrichissante et intelligemment menée. Je me suis arrêtée sur le stand d’une maison d’édition dont je n’ai pas retenu le nom (j’ai honte) mais qui m’a fait beaucoup rire avec ses jeux de mots humoristiques et ses titres parodiques !

Si je devais résumer cette visite, je dirais que ce fut un moment loin de la détente que je m’étais imaginée. Utile pour un professionnel qui cherche à se faire des contacts (même si les représentants des diverses maisons d’édition sont over sollicités) ou pour un lecteur qui cherche à se faire dédicacer ses livres, ce n’est en revanche absolument pas un endroit que je préconiserai pour quelqu’un comme moi qui cherchais à découvrir de nouvelles lectures. Surchargés de travail, réclamés à droite à gauche, les libraires teneurs des stands ne sont absolument pas aptes à donner des conseils aux personnes qui se baladent. Ajoutons à cela une organisation totalement obscure : j’ai cherché pendant près d’une heure un stand, plan à l’appui, sans y parvenir. Les numéros et lettres définissant les allées se sont révélés totalement inefficaces. Pour résumé : n’attendez pas le salon du livre pour faire le plein de lectures. Vous serez bien mieux conseillé dans une librairie traditionnelle (excluons les grandes surfaces spécialisées), qui privilégient les recommandations personnalisées et le suivi de la clientèle.

La Parisienne

Publicités