18979736La Liste de Schindler
Ma note : 16/20

La Liste de Schindler est un film que l’on pourrait désormais qualifier d’incontournable. Et pourtant, je ne l’avais jamais vu… les trois longues heures de visionnage ayant un peu eu un effet rebutant, je l’avoue. C’est une petite conversation avec un ami qui m’a poussée à surmonter cette barrière.

Mon résumé

Schindler est le patron d’une industrie chargée de réaliser des marmites. Au cours de la seconde guerre mondiale, lorsque les Juifs commencent à être regroupés puis envoyés en camp de travail, Schindler les embauche. Protégé par de faux airs d’esclavagisme antisémite déguisé, c’est une véritable mission de sauvetage qu’il entreprend là, au mépris de sa propre vie…

Mon avis

Quand Spielberg s’attaque à l’Holocauste, ça envoie franchement du lourd. Schindler, un nom que nous aurions probablement tous oublié sans Spielberg. Et pourtant, ce qu’a fait cet homme au cours de la seconde guerre mondiale mérite amplement un tel hommage.

193782.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’univers restitué par le réalisateur est en noir et blanc. C’est un choix audacieux, que l’on comprend, qui s’impose presque. Des films sur la guerre, nous en connaissons plein. Oui, mais… cette vision des choses-là, c’est quelque chose d’inédit. Et de vraiment très beau. Que dire des interprétations de Liam Neeson (absolument remarquable dans le rôle de Schindler) et de Ralph Fiennes (oui oui, le fameux Voldemort, encore dans un rôle de méchant), pour ne citer qu’eux… La méfiance qu’entretiennent ces deux personnages entre eux est palpable, et l’on passe son temps à se demander si l’un des deux aura raison de l’autre.

Pour moi, les dernières scènes sont clairement les meilleures. Le film est un peu long à se mettre en place, et s’étire un peu trop dans le temps, c’est le reproche principal que l’on pourrait lui adresser. Le tiraillement que l’on ressent lorsque le train des femmes est envoyé par erreur à Auchwitz, la peur panique qu’elles ressentent dans les douches où l’on s’attend à voir sortir du gaz et que c’est finalement de l’eau qui tombe, l’angoisse de voir les enfants abandonnés et séparés de leur mère, le soulagement lors de l’arrivée in extremis de Schindler, la peine que l’on partage avec lui lors de la scène finale déchirante… La fin est clairement forte en émotions, mais ces émotions sont un peu amoindries par la longueur du film qui commence à peser.

En conclusion

Ce film aurait pour moi été un véritable chef d’oeuvre s’il avait été un tout petit peu abrégé. Il n’en est pas moins un coup de coeur. Schindler méritait bien l’hommage que lui rend ici le réalisateur.

La Parisienne

BONUS : Steven Spielberg, le réalisateur du film, n’a pas souhaité percevoir de salaire pour ce tournage. Si les acteurs ont bel et bien été payés, lui n’a pas voulu se faire de l’argent sur le dos de l’Holocauste. Honorable.
Le film n’a malheureusement pas reçu d’Oscar, malgré ses 12 nominations.

Publicités