192966.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLa Planète des singes, l’affrontement
Ma note : 14/20

Comme vous le savez si vous suivez le blog, j’avais adoré le premier volet de la nouvelle saga Planète des singes. L’envie de prolonger le coup de coeur m’a donc poussée à me rendre au cinéma le jour même de la sortie du second !

Mon résumé

Quelques années après le soulèvement de San Francisco, la plupart de la population mondiale a été décimée par le virus meurtrier propagé par les essais dévastateurs du Dr Rodman. Une petite colonie de survivants s’est développée dans les ruines de la ville,  aux abords de la forêt d’acacias où César a élu domicile…

Mon avis

Après le succès et la réussite du premier chapitre de la Planète des Singes, cette suite se révèle pour moi être une légère déception. Tout de A à Z y est prévisible, tant et si bien que le spectateur peut se vanter de deviner plusieurs minutes à l’avance la retournement de situation qui va se produire à l’écran : de la résurrection de César à la prise de pouvoir de son adversaire principal. Toujours aussi bien représentés, les singes forment ici une société bien mieux organisée que l’anarchique réseau humain de San Francisco, et de cela résulte le fondement du film : le renversement des valeurs humaines désormais accordées aux singes.

378428.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Guère plus qu’un prétexte, la raison des déplacements des humains – trouver un barrage qui permettrait de réinstaurer l’électricité dans la ville afin d’entrer en contact avec le reste du monde – ne se solde d’aucune crédibilité, et tient davantage lieu d’excuse pour l’affrontement que nous promet le titre. Bien entendu, la fin victorieuse des singes est connue de tous ceux qui ont déjà vu l’ancienne saga, et ce volet n’amorce pas tant ce revirement que ce que l’on pourrait croire.

343559.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Enfin, quelques mots sur cette fin totalement absurde et manquant cruellement de crédibilité : une tour qui refuse de s’écrouler malgré une bombe déclenchée à ses fondements, un méchant qui meurt tragiquement conférant au héros principal une envergure affermie, et la promesse d’une suite… rien qu’on n’attendait pas, en somme.

En conclusion

Avec un happy end un peu trop facile, ce second volet de la Planète des singes n’apporte rien à l’histoire pourtant bien introduite par les Origines. Dommage…

La Parisienne

 

Publicités