affiche_interstellar_imaxInterstellar
Ma note : 19/20

Tellement longtemps que l’on attendait la sortie de ce film, par chez moi ! Je dis « on », car l’enthousiasme ne venait pas de moi, mais m’a tellement été communiqué que j’étais moi aussi impatiente de découvrir le dernier petit bijou made by Nolan.

Pour parler d’Interstellar, je n’ai pas vraiment envie de vous faire un résumé. Car c’est un film qu’il faut aller voir dans les conditions même que j’ai expérimentées : à l’aveugle (et en VO de préférence), en s’attendant à une petite claque. Car c’est exactement ce à quoi nous sommes confrontés ! Je n’ai donc aucune envie de trop en dévoiler sur la trame narrative, et ça risque d’être très difficile.
2h49 que l’on ne voit pas passer. De ces 2H49, je retiens principalement une scène, émouvante, touchante, qui m’a fait frissonner, que j’ai trouvée magique. La synthèse de tout le film, le point d’acmé émotionnel, la cristallisation des enjeux : ce moment où l’on apprend qu’une heure vaut 7 ans, et tout ce qui s’en suit.

111114_TimeCircle_BlackHole

A qui va la palme du succès de cette réalisation ? Car ce film est indéniablement réussi : rythmé, émouvant, dualiste. Un casting à la hauteur, un scénario bien ficelé et très bien mené, une soundtrack à couper le souffle (merci Hans Zimmer, sans toi ma vie n’aurait pas la même saveur !), des effets spéciaux fascinants… Rien n’est laissé au hasard, et l’on reconnaît bien là le travail déjà amorcé sur Inception. Mais Interstellar atteint un niveau encore supérieur en s’attaquant aux mystères de l’univers, une thématique pourtant bien exploitée dans l’histoire du cinéma. Et c’est bien le génie de Nolan qui parvient à sublimer ce lieu commun !

o-JESSICA-CHASTAIN-INTERSTELLAR-facebook

Le seul manque résidera parfois en l’absence d’explications, ce qui constitue bien sûr la profondeur du film. Quoi de mieux que de sortir d’une séance de cinéma en multipliant les hypothèses sur les possibilités offertes par le scénario ?

En conclusion

Un Nolan a la hauteur de sa réputation ! Merci Monsieur le Réalisateur de nous faire rêver avec vos chefs d’oeuvre !

La Parisienne

Publicités