1401876897_photo_hd_19087Flashdance,
Ma note : 15/20

Pour Noël, j’étais très très fière d’offrir des places à ma maman pour Dirty Dancing, qu’on rêvait de voir depuis l’annonce de sa préparation. Mais pour éviter de s’offrir le même cadeau, j’ai mis au point un stratagème pour l’en dissuader, et l’ai orientée vers Flashdance, un autre spectacle que je voulais absolument voir à Paris.

J’ai adoré le film Flashdance (tout comme Dirty Dancing), et bien sûr, je connais par coeur les scènes cultes de danse, pour les avoir regardées en boucle pendant des années. J’attendais donc beaucoup de cette adaptation, tout en ne sachant pas comment l’histoire serait adaptée en comédie musicale.

1597523-la-bombe-priscilla-betti-lors-du-filage-950x0-2

Je n’ai pas été déçue de ce spectacle qui présente beaucoup de qualités : des chanteurs particulièrement doués – Priscilla Betti en première ligne -, des chorégraphies très bien menées, un mélange des genres assez détonnant… J’ai beaucoup aimé la complémentarité du classique et du hip hop, du cabaret et du moderne. Idem pour l’alliance entre musiques connues (parfois inattendues, comme I love rock’n’roll) et chansons adaptées spécialement pour l’occasion.

ambiance-80s-avec-flashdance-the-musical-L-n6IYZpCependant, quelques détails m’ont un peu dérangée. Je pense notamment à certaines scènes très osées, parfois presque vulgaires, que j’ai trouvées déplacées. J’ai compris bien sûr l’idée de la mise en scène, mais j’ai été un peu dégoûtée pour Gloria de la voir se faire toucher de manière aussi grossière par des danseurs qui en profitent un peu, je ne peux pas concevoir ça autrement. Devant moi, il y avait une petite fille d’environ 8 ans, dont la maman n’a pas dû apprécier la scène.

La mise en scène exploite beaucoup les clichés, parfois un peu trop : l’Afro-Américaine à la poitrine généreuse habillée en léopard, le petit serveur qui tente de se faire un nom à New York mais qui revient désabusé, le fils du patron BCBG qui arrange tout de la situation… Certains faits appartiennent au film, d’autres ont été exagérés pour l’occasion. J’aurais préféré plus de finesse, mais les besoins de l’adaptation justifient ces choix.
De même, j’ai trouvé le caractère d’Alex beaucoup plus prononcé que dans mon souvenir. C’est un personnage certes atypique, que Priscilla interprète très bien. Mais elle était beaucoup dans la colère, dans la rébellion. Je la trouvais beaucoup plus nuancée dans le film, presque fragile, et j’aurais préféré un jeu plus en douceur.

Enfin, dans la première partie uniquement, j’ai parfois trouvé les transitions maladroites, artificielles, montées pour le besoin du spectacle. A plusieurs reprises, j’ai trouvé qu’on passait du coq à l’âne, d’un décor à l’autre un peu trop rapidement. La difficulté vient encore du film, qui enchaîne les séquences dans différents lieux. Mais pour un spectacle, il est bon d’exploiter un seul décor et de ne pas le faire réapparaître trois fois, entre deux autres décors.

maxresdefault

Malgré ces quelques remarques, j’ai beaucoup aimé les chansons créées pour l’occasion. Et le personnage de Gloria m’a fait beaucoup rire, et m’a beaucoup émue ! Et le final était génial : l’idée de rechanter les deux succès de la comédie musicale ravit le spectateur (j’étais debout, à applaudir, et applaudir encore !)

En conclusion

J’ai vraiment pris plaisir à contempler ce spectacle, qui m’a fait redevenir une petite fille. Plutôt fidèle au film, vous y retrouverez tout ce qui a fait son succès. Je vous le recommande !

La Parisienne

Publicités