Lorsque j’ai appris qu’une exposition consacrée à Harry Potter allait avoir lieu à Paris, il ne m’en a pas fallu davantage pour courir acheter des places. Surfant sur le succès des romans et films éponymes, j’appréhendais un environnement très commercial et avais peur d’être déçue. Finalement, ce fut un agréable moment !

IMG_3159Ne nous leurrons pas : l’expo s’ouvre sur une attente d’au moins une demie-heure, rien que pour pouvoir accéder à l’entrée. J’ai été surprise de rencontrer autant de jeunes enfants, car après tout, même s’ils ont grandi en connaissant Harry Potter, ils n’ont pas suivi son succès grandissant, ils n’ont pas connu l’attente des films, ils n’ont même pas dévoré les livres comme ma génération a pu le faire…

Tout débute par la cérémonie du Choixpeau, avant d’embarquer à bord du Poudlard Express : une jolie surprise bien réussie pour entrer en matière. L’expo nous guide ensuite à travers plusieurs pièces retraçant les différents costumes et décors présentés dans les films, ainsi que tous les nombreux accessoires qui les accompagnent. Musique et ambiance au rendez-vous, tout est bien entendu prévu pour nous immerger dans l’univers tant aimé de Poudlard.

IMG_3161En étant attentif à tous les détails, l’exposition Harry Potter peut se tenir en 1h30, guère plus. Un rapport qualité-prix un peu élevé, puisque la place coûte pas moins de 22€… En même temps, nul doute que les fans sont prêts à payer le prix !
Quelques célèbres scènes sont reproduites, comme notamment la rencontre avec Buck l’hypogriffe dans Le Prisonnier d’Azkaban (mon volet préféré).

IMG_3195

J’ai été surprise de découvrir les costumes des personnages, que je connais bien, mais dont tellement de détails m’avaient échappé ! La conclusion qui s’est imposée d’elle-même : mais qu’est-ce qu’ils étaient mal habillés !IMG_3189

En quelques mots, l’expo Harry Potter était pour moi, bonne petite fan de la saga, un incontournable. Pour autant, pour ceux n’appréciant pas l’univers plus que cela, elle est tout de même loin d’être indispensable, étant donné son coût onéreux et l’absence d’originalité des éléments présentés.

La Parisienne

Publicités