urlLes Sept Sœurs,
Lucinda Riley
Ma note : 14/20

Depuis quelques temps, je m’intéresse de très près aux publications des éditions Charleston, comme vous l’avez sûrement constaté. Je suis littéralement tombée amoureuse de cette maison et de leurs publications. Je projette d’ailleurs de lire très prochainement le dernier roman de Marie Vareille, que vous connaissez déjà sous la plume de Fan de chick lit, et qui m’a d’ailleurs donné la première l’envie de découvrir la saga des Sept sœurs !

Mon résumé

Maia est l’aînée de six sœurs adoptées par Pa Salt, un mystérieux homme d’affaire suisse qui a parcouru le monde pour former sa constellation. Lorsque leur père décède soudainement, toutes les sœurs se rejoignent à Atlantis, la demeure familiale. C’est ainsi qu’elles reçoivent de la part de l’avocat de Pa Salt leur héritage, une mystérieuse sculpture et une lettre nominative qui leur permettra chacune de retrouver leurs origines.

Mon avis

Ce qui m’a d’abord attirée avec Les Sept Sœurs, c’est le mystère d’une série de sept ouvrages, tous racontés du point de vue d’une des sœurs Aplièse. Cela faisait bien longtemps que je ne m’étais pas plongée dans une si longue suite de livres, et l’idée de la focalisation alternative sur un personnage différent à chaque tome m’avait parue très originale.
Par ailleurs, la genèse de l’intrigue m’avait également interpelée : six sœurs, lorsque le titre nous en annonce sept, toutes adoptées aux quatre coins du monde et nommées d’après une constellation, un père énigmatique et étrangement riche… Dès le départ, ce roman comportait son lot de particularités qui me semblait très prometteuses. Pour autant, j’ai été quelque peu déçue de voir que les mystères dont nous bercent les premières pages sont rapidement mis de côté pour davantage s’intéresser à l’histoire de Maia, et surtout, à travers elle, celle d’Izabela.

Moi qui m’attendais à du mystère, une intrigue quasi-policière, beaucoup de secrets enchevêtrés dans des références mythologiques, je n’ai pas été pleinement servie de ce côté-là, car cet aspect qui fonde l’origine du roman est rapidement délaissé. Cependant, c’est au profit d’une intrigue initialement secondaire qui se révèle bien au contraire essentielle, et c’est en cela que j’ai profondément apprécié le premier tome des Sept Sœurs.
Découvrir la vie d’Izabela, dans un pays que je connaissais mal, et à une période hautement chargée d’histoire m’a happée dans le récit, tant et si bien que j’étais frustrée de devoir la quitter lorsque le métro me déposait à mon arrêt. J’ai adoré le mélange entre fiction et réalité, et après quelques recherches sur Internet, j’ai été émerveillée de découvrir que certains personnages avaient réellement existés, quand d’autres avaient été inventés de toutes pièces. Entre Paris et Rio, Izabela m’a embarquée dans ses aventures et j’ai pleinement partagé ses dilemmes le temps de 500 pages. Moi qui m’attendais à suivre Maia, quelle surprise de découvrir l’histoire de son arrière-grand-mère presque 100 ans auparavant !

Dès lors que les bases de l’intrigue sont établies, l’on sait d’emblée où souhaite nous mener l’auteure. Je m’attendais à être surprise, et je ne l’ai finalement pas été, c’est ce qui expliquera d’ailleurs la légère impression de déception qui émane de ma lecture. Cependant, ce que j’ai découvert m’a tout de même plu, dans la mesure où rien n’était facile, dans les décisions auxquelles nous assistons. Rien n’est inévitable, tout peut se prédire. Et pourtant, quel plaisir de découvrir que l’on ne se trompe pas !

En conclusion

Petite tempête émotionnelle, ce premier tome des Sept Sœurs de Lucinda Riley promet une suite haute en couleurs. Je ne sais pas pour vous, mais moi, malgré ma petite déception, je serai au rendez-vous. Car maintenant que je sais à quoi m’attendre, j’ai déjà hâte de connaître l’histoire d’Ally, Star, CeCe, Tiggy, et surtout, la tempétueuse Electra !

La Parisienne

Publicités