9782266244824Comment trouver la femme idéale,
Le Théorème du Homard,
Graeme Simsion
Ma note : 14/20

Lors de la dernière Masse Critique de Babelio, j’ai flashé sur cette couverture plutôt originale dont j’adore les couleurs, et le titre pour le moins atypique. Cette lecture promettait d’être un vrai condensé d’humour ! Merci Babelio et Pocket pour ce partenariat :)

Mon résumé

A bientôt trente ans, Don décide de se lancer dans l’Opération Epouse, et d’y consacrer tout son temps. Grâce à un questionnaire mis au point par ses soins et optimisé dans les moindres détails, tout est mis en oeuvre pour éliminer les candidates inadéquates et éviter les pertes de temps. Conseillé par son couple d’amis Gene et Claudia, tous deux psychologues, Don ne tarde pas à rencontrer Rosie, une boule d’énergie qui pourrait bien bouleverser sa vision des choses.

Mon avis

En ouvrant ce livre, je n’ai pas pu m’empêcher d’être sceptique. D’emblée, on ne tarde pas à comprendre que le protagoniste de l’oeuvre dans laquelle nous venons de nous plonger est atteint du syndrome d’Asperger. Mais si, vous savez, cette drôle de maladie dont souffre Sheldon dans The Big Bang Theory. Celle du scientifique totalement aseptisé d’émotions humaines, et « socialement inadapté ». En débutant ma lecture, donc, j’ai été un peu réticente de me plonger dans les pensées d’un homme tellement insensible, et qui décryptait les évènements avec une rationalité assez froide.
Pourtant, je n’ai pas tardé à m’attacher progressivement à Don, et à son évolution. Et cela, je le dois à Rosie. Rosie est un personnage frais et profondément humaine, qui pleure, hurle, rit, VIT !

Les situations dans lesquelles se retrouve Don sont souvent cause de rire, tant elles sont loufoques. En cela, l’histoire se veut divertissante, et remplit bien son rôle. Les aventures s’enchaînent et prennent un tournant parfois inattendu, bien que le dénouement ne m’ait pas surprise !

L’auteur a su faire preuve d’une force assez étonnante en nous plongeant dans les pensées d’un personnage dénué de sentiments et d’émotions. L’exercice d’écriture n’a pas du être facile, et est pourtant pleinement réussi. Rien que pour cela, je pense que je me plongerai volontiers dans la suite des aventures de Don.

En conclusion

Quelle belle surprise que de réussir à s’attacher à un personnage totalement insensible ! Pour autant, l’on déplorera quelques éléments prévisibles, et peu de surprises. Un roman frais, à déguster pour l’été.

La Parisienne

Publicités