un-doux-pardon.
Un Doux Pardon,

Lori Nelson Spielman
Ma note : 16/20

L’année dernière, Demain est un autre jour avait été mon coup de cœur de l’été. Aussi, quand j’ai vu que la même auteure venait de publier son second roman, je me suis jetée dessus avec beaucoup d’espoir. Et je n’ai vraiment pas été déçue ! Merci aux Editions Le Cherche-Midi pour cette belle lecture.

Mon résumé

Hannah Farr a tout pour être heureuse : elle est la célèbre animatrice d’un talk show américain, elle est adulée par ses fans et elle sort avec le maire de la ville. Pourtant, tout est sur le point de changer à cause de deux petites pierres envoyées par la personne qui a ruiné son adolescence : il s’agit des pierres de pardon…

Mon avis

Les pierres de pardon ont, à elles seules, conquis mon petit cœur de lectrice, tant et si bien que je me suis réellement demandé si je n’allais pas adopter le concept et envoyer à mon tour des excuses à toutes les personnes que j’aurais pu blesser dans ma vie.
Ajoutez à cette fabuleuse idée de départ une couverture que je ne saurais qualifier autrement que magnifique, et vous serez face à tous les espoirs qui m’ont fait retenir mon souffle en me demandant « Vais-je aimer ce livre ? » Rassurez-vous, la réponse est OUI !

Premier point fort du roman : les personnages. Le concept même des pierres de pardon nous permet d’emblée de les confronter à leurs défauts, hontes et vulnérabilités. Pour autant, pas question de se plaindre ou de sombrer dans le pathos !
Hannah est à la fois touchante et attachante, et l’on voit qu’elle assiste parfois impuissante à des évènements et à une vie que l’on a décidée pour elle. J’ai aimé suivre son chemin quasi initiatique qui la mène vers un bonheur qu’elle n’envisageait pas du tout. Elle parvient à balayer ses certitudes, à se remettre en question et à bouleverser sa vie, tout à la fois. Les pierres de pardon la confronteront à son passé tout en lui offrant un nouvel avenir.

Une fois de plus, Lori Nelson Spielman donne à son roman une apparente légèreté qui dissimule en réalité une profondeur qui vous touche en plein cœur. J’admire ces auteurs qui parviennent à écrire autre chose que des rêves optimiste, c’est d’ailleurs probablement ce qui ferait de moi une si mauvaise écrivain : j’aurais tendance à inventer toute la vie dont je rêve à ms personnages.
C’est ce talent que j’affectionne tant chez cette auteure fabuleuse que je continuerai assurément à lire.

En conclusion

Dire que j’ai dévoré Un Doux Pardon serait un euphémisme. Une très belle, douce, et émouvante histoire à découvrir pour un second roman doudou signé Lori Nelson Spielman.

La Parisienne

Publicités