9782070695799_1_75Qui es-tu Alaska ?
John Green
Ma note : 8/20

Qui es-tu Alaska ? était dans ma PAL depuis quelques mois. Je l’avais acheté sur un coup de tête lors d’une folie livresque chez mon libraire, parce que sa couverture poche me faisait craquer, et parce que j’avais envie depuis quelques temps de découvrir un nouveau titre de John Green. Puisque ma copinaute Sorbet-Kiwi l’avait également dans sa PAL, nous avons décidé d’en faire une lecture commune !

Mon résumé

Miles a 16 ans, et il n’a pas vraiment d’amis. Sans grande attache, il souhaite partir à la conquête de son « Grand Peut-Être », et pense y arriver en devenant pensionnaire au lycée de Culver Creek. Là, il fait la rencontre d’Alaska Young, une fille aussi énigmatique que solaire, dont il va tenter de percer les mystères.

Mon avis

Avant tout, je suis vraiment heureuse d’avoir partagé cette lecture avec Sorbet-Kiwi car sans elle, je pense que je me serais vraiment posé mille sortes de questions, à commencer par celles-ci : suis-je la seule personne sur cette terre à ne pas adorer John Green ? Pourquoi ses romans me laissent-ils nettement plus insensible que la moyenne, alors que tout le monde raffole de l’auteur phénomène de Nos étoiles contraires ? Heureusement, donc, l’avis de ma partenaire et le mien se rejoignent… et elle a lu beaucoup plus de John Green que moi !

Je n’ai pas aimé cette lecture, et ce, pour diverses raisons. Tout d’abord, aucun des personnages ne m’a réellement serré le coeur. Alaska semble avoir des problèmes mais on ne saura jamais réellement ce qu’il en est. Miles est un suiveur sans personnalité qui ne s’oppose à rien ni à personne, et qui se laisse si facilement convaincre (fumer, boire, faire des « blagues ») que c’en est agaçant. Quant au Colonel, à Takumi et à Lara… ils manquaient cruellement de personnalité et faisaient pâle figure à côté d’Alaska.
Le mystère plane donc autour d’Alaska. Elle semble tout maîtriser, gérer ce groupe d’amis qui paraît ne plus pouvoir tourner bien rond sans elle. Elle passe du rire aux larmes, de la joie à la colère sans qu’aucune explication ne soit donnée. Elle est autoritaire, et Miles ne voit que par elle… ce qui est assez lassant car, au final, elle n’attire pas vraiment la sympathie.

Les chapitres sont présentés sous forme de décompte, de sorte que l’on se demande ce qui est censé se passer le jour J. Puis, le décompte s’inverse à mesure que le temps passe, une fois le drame dévoilé. Bon… Cette révélation ne m’a pas surprise, ne m’a pas émue, ne m’a rien fait du tout. J’avais cette impression d’assister de très loin à une scène qui ne me concernait pas du tout.
Mon problème, c’est que je n’ai jamais vraiment su où l’auteur voulait en venir. Même une fois le drame révélé, et que les questions se posent, on ne sait toujours pas à quoi s’attendre. Et au final, on n’apprend rien que l’on ne sait déjà. Je me suis ennuyée au cours de cette lecture. J’ai donc eu l’impression de lire 400 pages… pour rien. Ce qui me laisse songer que j’ai passé l’âge pour apprécier John Green, qui semble plaire à des lectrices plus jeunes que moi.

En conclusion

Qui es-tu Alaska ? est pour moi une énorme déception, qui marque la fin de mon aventure avec John Green. Comme quoi succès ne rime pas toujours avec qualité…

La Parisienne

Retrouvez l’avis de Sorbet-Kiwi par ici.

Publicités