51iPCvTW8eL._SY344_BO1,204,203,200_Nymphéas Noirs,
Michel Bussi
Ma note : 15/20

On m’a offert Nymphéas Noirs il y a à peine un mois. J’avais très envie de découvrir ce titre de Bussi, après mes lectures d’Un avion sans elle et de Maman a tort, que vous êtes nombreux à m’avoir recommandé. Un grand merci à ma partenaire Quai des Proses qui m’a accompagnée lors de cette lecture !

Mon résumé

Jérôme Morval vient d’être assassiné dans le petit village de Giverny, célèbre pour avoir accueilli Monet, l’impressionnisme et ses célèbres Nymphéas. Les inspecteurs Laurenç Sérénac et Sylvio Bénavides sont aussitôt placés sur l’affaire. Premier suspect : Jacques Dupain, le mari de l’institutrice du village, Stéphanie Dupain… Cette histoire est aussi celle de la petite Fanette, qui rêve de Nymphéas, mais aussi celle d’une vieille dame qui prend parfois la narration de cet étrange récit. Qui a tué Jérôme Morval ? Et pourquoi ?

Mon avis

La Normandie, c’est chez moi. Et Vernon-Giverny, c’est un coin que je connais très bien puisque ma mère y travaille. Mais l’impressionnisme, la peinture, Monet et ses Nymphéas… Tout ça, c’est vraiment très loin d’être pour moi. Je vais vous faire une confession : autant la littérature me fascine, autant la peinture me laisse totalement indifférente… Je suis une royale quiche en ce qui concerne les oeuvres d’art. Bien souvent, je n’y comprends rien ! J’aime me cultiver en visitant des musées, mais ça me passe un petit peu au-dessus de la tête…
Et cela n’est pas sans m’avoir posé problème avec Nymphéas noirs. Car Bussi laisse très clairement planer l’intrigue autour de Monet, de ses difficultés rencontrées avec les villageois de Giverny, de ses peintures… et je dois avouer que tout cela m’a profondément ennuyée.

L’intrigue policière est des plus basiques : un meurtre, différents suspects, et une enquête menée par un tandem de flics complémentaires. Mais à cela s’ajoute une multitude d’interrogations qui suscite l’intérêt du lecteur : qui est cette vieille dame qui s’adresse parfois à nous ? Qui est le mystérieux enfant mort en 1937, et quel rapport avec le meurtre de Jérôme Morval ? Comment se rejoignent les trois colonnes du tableau de Sylvio ? Quel est le lien qui rattache Fanette à cette intrigue ?

Une fois de plus, Bussi se plaît à nous mener vers de fausses pistes qui ont réussi à me perdre. Bravo, je me suis vraiment fait avoir comme une débutante ! Mais le meilleur, dans ce Nymphéas noirs, c’est bien évidemment la fin qui nous laisse sans voix. J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans le roman, mais j’ai avalé les deux cents dernières pages en une heure et demie, en pleine nuit, sans pouvoir m’arrêter ! J’avais absolument besoin de savoir comment se terminait ce thriller, une fois les premières ébauches de dénouement amorcées.
Et je n’ai vraiment pas été déçue. Voilà une fin à laquelle je ne m’attendais absolument pas ! Même si je me suis sentie manipulée par l’auteur sur des détails manquant un peu de crédibilité (Neptune, Fanette et les noms de peintres), j’ai tout de même été scotchée par ce retournement de situation qui m’a bluffée. 

En conclusion

Un long démarrage qui m’a un peu ennuyée, en raison d’un univers qui m’est totalement hermétique. Mais un excellent dénouement que je garderai en mémoire ! Du Bussi dans toute sa splendeur.

Retrouvez l’avis de ma partenaire Quai des Proses !

La Parisienne

Publicités