l-homme-ideal-existe.-il-est-quebecois-675454L’homme idéal existe. Il est Québécois
Diane Ducret
Ma note : 11/20

Un titre accrocheur pour une couverture très visuelle, typiquement le genre d’ouvrages vers lequel je me tournerai en librairie ! C’est après avoir lu quelques chroniques que j’ai souhaité me tourner vers cette lecture plutôt distrayante. Merci aux éditions Albin Michel !

Mon résumé

Notre narratrice a beaucoup de mal à fonder une relation stable avec un homme. Lorsqu’elle croise ce Québécois par hasard, elle est loin de se douter qu’il va l’inviter à passer une semaine chez lui. Et si c’était l’homme idéal ?

Mon avis

Ce titre, c’est tout un programme. Une petite chicklit qui nous permet de voyager outre-atlantique rien qu’avec l’accent. Et il est vrai que les dialogues portaient parfois à rire, c’était assez marrant de faire face à l’incompréhension de la narratrice. Mais à d’autres moments, c’était également un peu… exagéré.

Cette lecture m’a divertie, je l’ai lue en deux heures à peine. Mais elle souffre de plusieurs défauts qui m’ont légèrement fait tiquer. Tout d’abord, elle regorge de clichés : on les exploite, en long, en large et en travers. Le campagnard, le parisien, la Française, les Québécois… tout le monde en prend pour son grade, et j’ai trouvé ça un peu facile. Je m’attendais à quelque chose d’un peu plus creusé, d’un peu plus original.

De même, j’ai détesté la fin. Non mais quelle girouette ! Tout ça pour ça ! J’ai détesté la narratrice, je ne l’ai vraiment pas comprise tout au long du roman, et cette fin ne fait que renforcer cette sensation. Voyons, la fin c’est ce qui laisse la dernière impression au lecteur, comment l’auteure a-t-elle pu faire ça ? Je suis sûrement un peu trop romantique pour cautionner le twist de cette fille qui m’a juste paru… incapable de se fixer sur quelque chose, pas du tout sûre d’elle, totalement instable. Rien que ça.

En conclusion

Une lecture divertissante qui m’aura bien fait rire, mais qui exploite bien trop les clichés à mon goût. Je regrette une fin totalement abrupte et insatisfaisante.

La Parisienne

Publicités