confess-734014-250-400

Confess,
Colleen Hoover

Je crois que je suis fan de Colleen Hoover depuis Indécent. J’ai entretemps découvert Maybe Someday, Ugly Love, et plus récemment Maybe Not. Cette reine de la romance manie très bien les histoires qui ont le don pour me toucher. J’étais impatiente de découvrir Confess à travers son concept qui avait attiré mon attention, puisque les confessions qui sont dévoilées dans le livre sont des témoignages réels de fans. Merci à Hugo&cie pour cette lecture !

Le résumé

Auburn Reed a des plans très précis pour son avenir, et elle ne laissera personne se mettre sur son chemin.
Lorsqu’elle franchit la porte d’une galerie d’art à Dallas pour un entretien, elle s’attend à tout sauf à l’irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry.
Cet artiste énigmatique semble avoir beaucoup de choses à vouloir cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser toutes ses barrières, pour comprendre qu’elle risque bien plus gros qu’elle ne pensait.
Elle n’a qu’une solution : s’éloigner d’Owen au plus vite. Mais la dernière chose que souhaite Owen, c’est la perdre. Pour sauver leur relation, il devra tout confesser. Mais parfois, les mots peuvent être bien plus destructeur que la vérité…

Mon avis

Le premier chapitre de Confess a suffi à me donner le ton, sans pour autant sombrer dans le drame ou le pathos. D’emblée, Colleen Hoover nous met face à une petite spirale émotionnelle dont nous apprendrons les conséquences à partir de la moitié du récit. J’aime d’ailleurs toujours autant ces révélations tardives que l’on attend, et même celles que l’on n’attend pas, en fait.

Auburn est une jeune femme lasse de sa vie, inexpérimentée sur le plan des sentiments, et qui vient s’installer à Dallas pour des raisons qui nous sont inconnues au début de l’intrigue. Elle ne tarde pas à rencontrer Owen, et contrairement à ce que le résumé peut laisser entendre, leur attirance n’est pas des plus violentes et soudaines. Attention, ici personne ne se saute dessus, et j’ai bien aimé cette distance entre les personnages après Ugly Love. Là, ils prennent leur temps et apprennent vraiment à se connaître. Il est également question d’instinct.
J’ai aimé Auburn et Owen, leur histoire, leurs confessions. Même si je n’ai pas compris le parti pris d’Owen qui ne se décide pas à révéler la vérité à Auburn, ce qui leur éviterait un sacré quiproquo… j’ai d’ailleurs trouvé cette histoire un peu tirée par les cheveux, quand même. Owen ne pouvait-il pas tout simplement s’expliquer ? Bon, en même temps, sans vérité… il n’y a plus de roman et on passe directement à la happy end.

J’ai également aimé, à ma façon, le personnage de Trey, qui apporte une réelle profondeur au récit. Même si tout est un peu surfait dans cette histoire, j’ai trouvé son rôle utile pour apporter au roman la touche dramatique dont il avait besoin. J’ai, de plus, été touchée par son comportement envers Auburn, pour avoir déjà subi le même genre de pression physique et psychologique. Je n’ai donc eu aucun mal à le détester ! Et que dire de Lydia…

Confess est un roman que j’ai dévoré, qui m’a totalement envoûtée et que j’ai du mal à quitter. J’ai beaucoup aimé l’originalité des confessions qui proviennent de réels témoignages, comme je vous le disais plus haut. C’est une petite touche, un hommage de Colleen à ses fans, que j’ai trouvée belle et touchante. Surtout avec les tableaux qui ont pris forme dans le roman, une idée originale !

Finalement, la seule chose que je reproche à Colleen Hoover, c’est de ne pas oser s’aventurer hors de ses sentiers battus. Oui, la romance c’est bien, et ça marche plutôt bien. Mais je suis sûre que Colleen Hoover saurait nous toucher à travers autre chose que des histoires d’amour et de couple. Je commence peut-être à me lasser des astuces de l’auteure, même si pour moi, elle reste la meilleure des auteures de romances contemporaines.

En conclusion

Colleen Hoover est pour moi la plus grande auteure de romance contemporaine dans le genre du new adult qu’il m’ait été donné de lire. J’adore toujours ses intrigues, ses personnages, leurs tourments, même s’il me semble qu’à force, tous se ressemblent et se confondent, et que le schéma reste invariablement le même. J’espère, pour la suite, la voir dans un autre type d’intrigue que celui de l’amour impossible, j’aimerais me faire surprendre… Confess n’en est pas moins une merveilleuse lecture que je recommande chaudement à tous les amateurs du genre !

6 Je recommande

La Parisienne

Publicités