l'épouse insaisissable

L’Epouse insaisissable,
Callie Hutton

L’Epouse insaisissable est l’une des dernières sorties poches paru aux éditions Charleston en avril, et que j’ai eu la chance de découvrir grâce à mon super statut de Lectrice Charleston 2016 :) C’est une lecture que j’ai découverte à l’aveugle, une fois de plus !

Le résumé

Jason Cavendish, le comte de Coventry, essaie discrètement de retrouver sa femme, qu’il ne désirait pas et qu’il a abandonnée dans la haute société de Londres. Il souhaite faire annuler cette union. Cependant, il ne se rappelle plus du tout de quoi elle a l’air puisqu’il était ivre mort lors de son mariage arrangé et qu’il ne l’a pas revue depuis. La fascinante Lady Olivia a capturé l’attention du comte. Elle est consternée de découvrir que son époux, Lord Coventry, ne la reconnaît pas. Loin d’elle l’idée d’avouer à ce sombre arrogant qu’elle est sa femme. Elle décide de flirter avec lui le soir et de lui faire envoyer des montagnes de factures de modiste le jour. L’enfer n’est rien comparé à une femme rejetée Il est presque dommage que cette femme trouve son mari quasi irrésistible.

Mon avis

J’étais vraiment très curieuse de découvrir le contenu de l’Epouse Insaisissable, car le résumé avait su m’intriguer. Olivia est une protagoniste qui a un fort caractère : puisque son mari ne l’a pas reconnue, elle entretiendra le secret et ne lui dévoilera pas son identité. Très en colère à propos du comportement de Lord Coventry, elle ne peut pourtant s’empêcher d’être irrésistiblement attirée par lui. Pourtant, son orgueil prend le pas sur ses sentiments, et Lady Olivia préfère s’obstiner à retourner à Rome plutôt qu’à céder aux avances de celui avec qui elle est déjà mariée.
J’aime beaucoup cette couverture qui, je trouve, illustre vraiment très bien l’atmosphère qui se dégage de la lecture. J’ai vraiment bien aimé cette ambiance faite de bals, de haute société, de ragots, et du contraste entre la ville et la province.

L’intrigue, à la fois dans les traits de caractère des personnages et dans leur façon d’agir, m’a presque donné l’impression de me replonger dans Orgueil et Préjugés. Callie Hutton use des mêmes procédés, quoiqu’elle n’hésite pas à ajouter une petite sauce érotique supplémentaire. J’ai beaucoup ri devant l’obstination des deux protagonistes, et je me suis vraiment reconnue en Olivia. Moi aussi, je crois, j’aurais été furieuse contre mon mari à sa place. Et je ne me serais pas laissée facilement séduire non plus !
Les pages se tournent rapidement, on ne les voit pas défiler. J’ai trouvé que cette histoire, très plaisante à lire, se dévorait vraiment facilement !

L’Epouse insaisissable, c’est aussi une bonne source d’informations sur les moeurs et les pratiques de l’époque. Rares sont les mariages d’amour dans la haute société londonienne, nous ne l’ignorons pas, et c’est également ce que Callie Hutton s’applique à mettre en exergue à travers sa satire sociale des maris infidèles et des maîtresses mariées. Un beau petit monde fait d’apparences, n’est-ce pas ?

Un seul petit reproche cependant : je regrette la fin que j’ai trouvé un peu précipitée. Et la péripétie amenée par l’arrivée du cousin du Comte m’a paru tomber comme un cheveu sur la soupe : cela n’apporte rien à l’intrigue, et aurait selon moi mérité d’être omis. Mais pourquoi pas, car c’est après tout l’un des évènements concourant à l’acceptation des sentiments de nos deux héros :) Je comprends malgré tout la volonté de l’auteur.

En conclusion

L’Epouse insaisissable fut une bonne lecture, qui m’a donné l’impression de me replonger dans un roman austenien. J’ai ri devant l’obstination des personnages, et j’ai apprécié la profondeur apportée par l’aspect satirique de l’écriture de l’auteure. Une bonne pioche !

4 Agréable à lire

La Parisienne

LC 2016

Publicités