110939962_o

Une vie à t’attendre,
Alia Cardyn

Voilà plus d’un mois déjà que j’ai eu la chance de découvrir Une vie à t’attendre grâce à mon statut de Lectrice Charleston. J’admets que l’avis des copines m’avait influencée, puisque l’ayant lu avant moi et n’ayant pas trop aimé, elles m’avaient inquiétée quant au contenu de ce roman. Pourtant, j’ai été agréablement surprise par cette lecture.

Le résumé

Qui devient-on dans une vie où des parents disparaissent mystérieusement ? Rose a six ans quand la tragédie se produit. Dans ce quotidien bouleversé, elle grandit avec sa version de l’histoire, ni douce ni porteuse. Qui Rose serait-elle aujourd’hui si elle ne pensait pas qu’ils l’ont abandonnée ? C’est la question que se pose celui qui l’a toujours aimée.
À Bali, seize ans après leur disparition, Rose découvre quelques mots sur un carton. Ils sont les premiers d’un périple essentiel. Comprendre ce qu’il est arrivé à ses parents, tisser un lien puissant avec une mère qu’elle découvre à travers l’écriture, et surtout, commencer à s’aimer.

Mon avis

J’appréhendais beaucoup de commencer Une vie à t’attendre, puisque les copines Charleston ne l’avaient pas vraiment apprécié. Il est vrai que cette lecture n’a rien de révolutionnaire. Pourtant, je pense que nous aurons ici droit à un nouveau désaccord profond, car moi, j’ai passé un très chouette moment de lecture en compagnie de Rose.

Une vie à t’attendre alterne principalement entre deux époques : l’année 1995, lorsque la petite Rose est « abandonnée » subitement par ses parents qui disparaissent du jour au lendemain ; et l’année 2012 où Rose fuit une déception amoureuse jusqu’à Bali. Nous serons également entraînés en 1988, sur les traces de Gabrielle, puis en 2017.

Ce roman est un Charleston un peu facile : représentatif du genre à travers la multitude de personnages et l’alternance des époques, mais léger dans sa tonalité et sa narration. Il ne fera pas partie de mes préférés, et son souvenir s’effacera progressivement, mais c’est une lecture qui m’a malgré tout fait passer un bon moment, et qui me semble parfaite pour l’été !
Le début de cette histoire m’a beaucoup fait penser à un roman de Michel Bussi, Maman a tort en particulier. J’étais très intriguée par cette histoire de disparition des parents de Rose, et aucune de mes suppositions ne s’est avérée juste. J’ai d’ailleurs aimé la petite feinte de l’auteure qui nous mène sur une fausse piste pour rétablir la vérité par la suite.

Le rythme est assez bancal, parfois difficile à suivre : plusieurs personnages prennent la parole, les époques se mélangent, se superposent, ce qui peut parfois créer une certaine confusion chez le lecteur. Malgré cela, j’ai trouvé que tout faisait progressivement sens, et que l’on arrivait à s’y retrouver. C’est somme toute un roman assez tâtonnant, pour une auteure qui, j’en suis sûre, ne cessera de s’améliorer par la suite. Mais un bon début malgré tout.

En conclusion

J’ai passé un bon moment avec Une vie à t’attendre, un roman qui m’a plu dès le début. Comment peut-on abandonner son enfant ? Comment peut-on disparaître sans laisser de traces ? Que dissimule le passé de Rose ? Autant de questions qui trouvent leur réponse dans un dénouement surprenant. Le récit comporte ses défauts, mais se lit très vite et remplit son rôle. Un oui pour moi ! :)

4 Agréable à lire

La Parisienne

Publicités