Lettres à Stella,
Iona Grey

Lettres à Stella est un roman historique qui aborde la période de la seconde guerre mondiale, et le destin de deux femmes : Jess, d’un côté, et Stella, de l’autre. Je remercie les éditions Les Escales pour cette lecture, ainsi que Pretty Books qui m’a accompagnée au fil des pages :)

Le résumé

À la nuit tombée, fuyant la violence de son compagnon, une jeune femme court dans les rues glacées de Londres. Jess n’a nulle part où aller. Surgissant dans une ruelle déserte, elle trouve refuge dans une maison abandonnée. Le lendemain matin, le facteur glisse une lettre mystérieuse par la porte. Incapable de résister à la tentation, Jess ne peut s’empêcher de la lire et se retrouve plongée dans une histoire d’amour d’un autre temps.
1943. Dans une église de Londres bombardée par le Blitz, Stella rencontre Dan, un aviateur américain. Très vite, ils sont irrésistiblement attirés l’un par l’autre. Leur histoire est a priori impossible. Rien ne joue en leur faveur : elle vient de se marier à un pasteur, lui n’a qu’une chance sur cinq de sortir vivant de cette guerre. Perdus et sans repères, la seule chose à laquelle les deux amants peuvent s’accrocher sont les lettres qu’ils s’écrivent, promesses d’un bonheur à venir.
Le temps a passé, le destin est cruel, mais Jess est déterminée à savoir ce qui leur est arrivé. Inspirée par cet amour, portée par son enquête, elle trouvera à son tour les clefs d’un avenir meilleur.

Mon avis

Contrairement à ce que l’on pourrait penser initialement, Lettres à Stella n’est pas un roman épistolaire. C’est un récit qui contient, évidemment, quelques lettres… écrites d’une main de maître. D’un côté, nous avons Jess, une jeune femme perdue qui tente de fuir sa vie. En se réfugiant dans une maison abandonnée, Jess nous fera découvrir la vie de Stella, d’un autre côté, jeune femme elle aussi… mais bien des années plus tôt, pendant la guerre.
Le système narratif est plutôt habile. On passe de l’une à l’autre époque sans que la transition ne soit brutale, sans se contenter d’alterner les chapitres… Les deux époques s’imbriquent et découlent progressivement l’une de l’autre, et l’on entre très facilement dans l’histoire.

Jess est un personnage touchant. Elle ne sait plus où elle en est, mais suffisamment pour savoir qu’elle ne veut plus de la vie qu’elle mène, et qu’elle doit en changer. Pour cela, elle pourra compter sur l’aide de Will, qui s’investira à ses côtés pour découvrir ce qu’il est advenu de Stella. Le rapprochement entre Jess et Will est un élément du roman qui m’a un peu dérangée : la romance était trop prévisible, et surtout trop inutile à mon goût. Je l’ai trouvée factice, placée là parce qu’il fallait bien, comme si Jess était incapable de s’en sortir par elle-même. C’est en cela que je ne l’ai pas appréciée : Jess parcourt une sorte de chemin initiatique, et en partant à la recherche de Stella, elle part également en quête d’elle-même… Et cette idée aurait, selon moi, été bien plus puissante si elle s’en était sortie par ses propres moyens, au lieu d’être appuyée sans cesse par cet homme dont elle finit par tomber amoureuse. Je n’ai malheureusement pas réussi à croire à leur idylle.

Si j’ai beaucoup aimé le personnage de Jess, c’est de loin le destin de Stella qui m’a le plus bouleversée. Lorsque s’ouvre ce roman, Stella est une jeune femme qui ne connaît pas sa famille, et qui épouse le pasteur de son village pour mener la vie qu’elle a toujours rêvée : celle d’une femme au foyer accomplie, s’occupant de son mari, de sa maison, et de ses enfants. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu pour Stella qui sent son mari s’éloigner d’elle sans qu’elle ne comprenne pourquoi… Et puis subitement, Stella rencontre Dan, un peu par hasard. Dan, un aviateur américain venu libérer l’Europe. Dan, un homme incroyable qui lui offrira la parenthèse enchantée dont elle a besoin.
Le plus émouvant dans cette histoire est de savoir qu’elle sera avortée, qu’elle n’aura pas lieu (comme cette fameuse guerre de Troie), sans que l’on sache pourquoi… Tout comme Jess, nous progressons en tâtonnant, à force d’indices et de suppositions… pour découvrir une vérité étonnante, surprenante, incroyable…

Lettres à Stella est un très beau roman sur la force de l’amour, et sa pérennité même dans l’impossibilité. C’est un roman fort, porté par des protagonistes marquants. Comme le dit justement Pretty Books, « c’est l’histoire d’un amour absolu, sacrifié par la vie, le temps, l’époque », et je n’aurais sincèrement pas dit mieux pour résumer cette belle histoire.

En conclusion

Contrairement à la plupart des lecteurs, je n’ai pas eu de coup de coeur pour Lettres à Stella, à cause de cette romance entre Jess et Will qui m’a assez dérangée. Néanmoins, ce fut une lecture magnifique et bouleversante que je recommande chaleureusement à tous les amateurs de romances historiques ou autres fans de la seconde guerre mondiale ! Un roman à découvrir.

Notation 5 A découvrir

La Parisienne

Publicités