Un merci de trop,
Carène Ponte

Carène est une blogueuse que j’ai rencontrée cette année, puisqu’elle est Lectrice Charleston 2016, tout comme moi. Lorsqu’elle nous a annoncé que son roman allait être publié, nous étions toutes ravies pour elle ! Et, personnellement, j’avais vraiment hâte de découvrir sa Juliette, dont elle nous a tant parlé. Merci beaucoup Carène pour l’envoi de ton roman qui m’a fait passer un moment de lecture très agréable.

Le résumé

S’il fallait décrire Juliette en un seul mot, transparente serait sans nul doute le bon. Oui, c’est ça, transparente.
Depuis qu’elle est toute petite Juliette a toujours fait ce que l’on attendait d’elle. Pour ne pas déplaire, pour ne pas décevoir. Mettant de côté ses rêves et celle qu’elle est vraiment. Résultat, à 30 ans, elle mène une vie sans relief et ennuyeuse au possible. Une vie dans laquelle choisir entre lasagnes et sushis est un événement.
Pourtant, elle se sent de plus en plus à l’étroit dans cette vie, dans cette peau.
Elle a envie de crier qu’elle n’est pas cette fille sans personnalité.
Elle a envie d’aborder celui qu’elle croise tous les jours dans son immeuble. Pour lui dire qu’il lui plait.
Et par dessus tout, elle a envie d’enfin réaliser son rêve, celui de devenir écrivain.
Il n’est jamais trop tard pour devenir soi. C’est ce que va découvrir Juliette au détour d’un merci, un merci de trop. Même si elle est loin d’imaginer ce qui va en découler !

Mon avis

Lorsque j’ai ouvert Un merci de trop, je venais de quitter Alex et Rosie (les personnages principaux de La vie est un arc-en-ciel). J’étais dans le bus, prête pour plusieurs heures de trajet pour aller rendre visite à ma copinaute Sorbet Kiwi, et j’avais envie de dévorer un roman, d’être captivée au point de ne pas voir les heures défiler, et d’arriver à la fin (de ma lecture et de mon trajet) en me disant « Déjà ?! ». Un merci de trop était le livre parfait pour cela.

Juliette est une héroïne simple, une héroïne de la vie de tous les jours, comme nous en croisons sûrement beaucoup autour de nous. C’est une jeune femme un peu transparente qui, à à peine 30 ans, subit encore les décisions de sa mère et craint de la décevoir. Juliette aura finalement besoin de ce merci, ce merci de trop qui sort si naturellement de sa bouche, pour remettre toute son existence en question : changement de job, changement de vie, avec pour objectif d’écrire son roman.
Pourtant, tout ne se passe pas comme prévu pour elle. Et rapidement, l’imprévu va prendre une forme de plus en plus visible et l’empêcher (ou pas) de mener ses projets à terme… Bien évidemment, sous cette rapide quête d’elle-même, Juliette va croiser un voisin dont elle ne connaît rien mais qui l’attire irrésistiblement (un épisode qui m’a d’ailleurs rappelé Demain j’arrête !).

N’y allons pas par quatre chemins : Un merci de trop est un roman un peu convenu, un de ces romans dans lesquels on sait d’avance vers où l’on se dirige. Pourtant, cela ne nous empêche pas de passer un très bon moment de lecture. Et je dois dire qu’à de multiples reprises, Carène a réussi à me surprendre avec deux ou trois rebondissements que je n’avais pas forcément vus venir.
Ce merci de trop devient finalement un prétexte pour explorer des thèmes plus constants dans notre existence, tels que l’amour (bien sûr), l’épanouissement professionnel, mais surtout la maternité. Alors oui, j’ai eu du mal à croire au retour de cette ex (dont j’ai d’ailleurs oublié le nom !) qui débarque à point nommé, et par quel heureux hasard, dans un contexte si similaire. Mais après tout, c’est un roman, c’est une fiction, c’est le deal. On lit, on accepte de jouer le jeu.

Pour moi, le gros point positif de ce roman qui permet à l’auteure de se démarquer, c’est son humour. A travers les pages, on sent la présence de l’auteure qui dépose sa petite touche. Et les notes de bas de page sont en phase de devenir sa marque de fabrique, j’en suis certaine ! :)

En conclusion

Un roman drôle et léger qui se dévore et nous fait passer un excellent moment. Si le résumé nous donne l’impression de survoler un banal roman de chicklit, nous découvrons en réalité des thématiques assez intéressantes comme l’épanouissement professionnel, le besoin de liberté, la maternité… Une belle lecture estivale, à découvrir ! 

Notation 5 A découvrir

La Parisienne

Publicités