Là où elle repose,
Kimberley McCreight

L’an dernier, j’avais été happée par l’écriture de Kimberley McCreight avec Amelia, un thriller que j’avais adoré. Lorsque j’ai su que l’auteure sortait un nouveau roman au Cherche-Midi, je n’ai pas su résister à la tentation. J’ai d’ailleurs dû me freiner pour ne pas me jeter dessus dès sa réception, début juillet, pour ne l’ouvrir qu’à l’approche de sa publication.

Le résumé

À Ridgedale, petite ville aisée du New Jersey, le corps d’un bébé est retrouvé dans les bois voisins de l’université. Malgré toutes les rumeurs et les hypothèses que ne manque pas de susciter le drame, personne ne connaît l’identité de la fillette et encore moins les raisons de sa mort. Molly Anderson, journaliste indépendante récemment arrivée avec son mari et sa fille, est recrutée par le journal local pour couvrir le fait divers. Une affaire, pour la jeune femme, qui réveille un tourment douloureux. En effet, elle a perdu un bébé et ne s’est jamais vraiment remise de cette épreuve… Or, ses investigations vont mettre à jour certains secrets bien enfouis de cette petite communauté aux apparences si convenables.

Mon avis

Avant de commencer, regardez et contemplez cette magnifique couverture. Ne vous donne-t-elle pas envie de vous jeter tête baissée dans cette lecture ? Je suis très sensible au visuel, comme vous le savez… et là, je suis absolument dingue de cette couverture qui, à elle seule, donne envie de dévorer ce roman.

Au début de notre lecture, nous rencontrons Molly, une journaliste qui peine à se remettre de la mort de son bébé deux ans auparavant. Le point de départ, c’est ce nourrisson que l’on retrouve mort dans une forêt. Les chapitres alternent également avec le point de vue de Sally, une adolescente qui part à la recherche de sa mère.
Tout comme dans Amelia, la forme des chapitres alternent entre la narration, des extraits d’articles rédigés par Molly avec les commentaires des internautes, des extraits du journal intime de Jenna (la mère de Sandy), et des reconstitutions écrites des sessions chez le psychologue. Ce qui n’est pas sans m’avoir rappelé l’excellent Ne pars pas sans moi, un autre thriller paru aux Escales que j’avais adoré et qui traitait de la disparition d’un enfant. Cette forme de récit ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer : j’adore ce système.

J’ai retrouvé dans Là où elle repose tout ce que j’avais adoré dans Amelia : le rythme, la forme, les révélations. Alors certes, le rythme est un peu différent et moins soutenu que dans le premier roman de l’auteure. Pourtant, nous avons malgré tout notre lot de révélations, de péripéties et de fausses pistes. J’ai peut-être été moins retournée qu’avec Amelia, mais j’ai malgré tout été bluffée par l’auteure qui, encore une fois, a réussi à me mener en bateau et à me berner jusqu’à me laisser stupéfaite par le dénouement.
Tout au long du récit, le suspense reste entier (là encore, comme dans Amelia) car nous n’avons en réalité aucun début de piste. Par où commencer à creuser ? Qui est la mère de ce bébé mort ? Qui est le père ? Qui l’a tué ? Et quel est le rapport entre Molly et Sandy ?
Si nous avons au début l’impression de ne pas voir le rapport entre Molly et Sandy, celui-ci ne tarde pas à se dessiner. Pourtant, le mystère reste entier.

J’adore ces thrillers qui me happent jusqu’à ce que je ne parvienne pas à les lâcher. J’adore quand les auteurs manient l’écriture d’une main de maître, qui m’emportent avec eux dans leurs aventures pour que tous les éléments s’imbriquent au dernier moment. En fait, j’adore ce genre de lectures, et j’ai vraiment adoré Là où elle repose.

En conclusion

Voilà une lecture que j’ai adorée ! J’ai retrouvé la plume de Kimberley McCreight avec grand plaisir, je me suis laissée berner par ses fausses pistes et bluffée par ses révélations. Là où elle repose est pour moi un tout petit cran en dessous d’Amelia, mais je l’ai dévoré en quelques heures, sans parvenir à le lâcher. Un excellent thriller pour une auteure que je ne lâcherai pas de si tôt !

Notation 6 Je recommande

La Parisienne

Publicités