15724804_1888442828045121_1280502904961833235_o

Tous nos jours parfaits,
Jennifer Niven

Tous nos jours parfaits est un roman que je souhaite découvrir depuis sa sortie, et d’autant plus qu’il fait partie de la sélection Young Adult du Prix des Chroniqueurs Web cette année. Ayant beaucoup entendu parler de cette histoire qui promettait d’être bouleversante, j’avais de fortes attentes. Je remercie mon amie Stéphanie du blog Sorbet-Kiwi de me l’avoir offert pour Noël !

Le résumé

Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie.
Finch est la « bête curieuse » de l’école. Il oscille entre les périodes d’accablement, dominées par des idées morbides et les phases « d’éveil » où il déborde d’énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissée submerger par la culpabilité.
Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante: l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

Mon avis

Lorsque j’ai posté la photo de ma lecture sur les réseaux sociaux, les commentaires ne se sont pas faits attendre : tous très élogieux au sujet de cette lecture bouleversante, ce qui a eu pour effet de décupler encore plus mes attentes. J’espérais à mon tour être émue et bouleversée par ce roman. Et si je l’ai beaucoup aimé, ce n’est pas pour autant un coup de coeur, peut-être parce que j’en attendais justement trop.

Tous nos jours parfaits, c’est un roman qui se concentre principalement sur deux personnages que la vie n’a pas épargnés : Violet, qui a perdu sa soeur Eléanor dans un accident de voiture quelques mois plus tôt et qui peine à faire son deuil, et Theodore, un jeune garçon de 17 ans qui se bat avec ses multiples personnalités et tente de trouver sa place dans une famille pas comme les autres… Entre son père violent et absent, et sa mère démissionnaire, Finch a du mal à s’accommoder de son existence. Alors il surfe avec les différentes façons d’en finir.
C’est d’ailleurs ainsi que se produit la rencontre entre Violet et Theo : sur un toit, presque dans le vide.

Violet est une jeune adolescente que j’ai trouvée très attachante. Sa douleur la rend vulnérable, et même si tout le monde autour d’elle tente de l’aider, elle est la seule à pouvoir aller de l’avant. Et c’est d’ailleurs ce qu’elle fera grâce à Theo.
Theo, quant à lui, m’a été plus complexe à appréhender. C’est un personnage très original et qui ne ressemble à aucun autre, il n’est pas difficile de comprendre la raison pour laquelle Violet finit par tomber amoureuse de lui. C’est un adolescent fort, même s’il subit un harcèlement scolaire lourd, même si sa vie familiale est compliquée, même si lui-même ne sait pas très bien où il en est dans sa vie. Peut-être que ses problèmes ou son malêtre n’ont pas été suffisamment mis en avant, toujours est-il que je n’ai pas toujours très bien compris ou suivi ses actions et ses comportements. Je sais que la dépression est un mal brutal et souvent incompris, pourtant je n’avais pas eu de difficultés à la comprendre avec Quand la nuit devient jour. Ici, je n’ai pas compris pourquoi Violet n’avait pas suffi à Theo.

À la fin de ma lecture, ce qui demeure, c’est l’incompréhension. Pendant toute ma lecture, je pensais que Theo était gravement atteint d’une maladie incurable qui était la source de ses changements d’humeur. Inutile de vous dire que je me suis trompée… C’est pourquoi cette fin m’a paru si incompréhensible. Je me suis mise à la place de Violet, et j’en ai vraiment voulu à Finch de l’abandonner de cette façon. Je crois que j’avais sûrement besoin que tout soit suffisamment développé. Tout ce qui se produit est si brusque, si soudain… qu’il me manquait presque 100 pages pour appréhender les choses du point de vue de Finch.
Bien sûr, tout ce dénouement est très éprouvant. Je me suis beaucoup imaginée en Violet et j’avais le coeur serré pour elle de traverser cette nouvelle épreuve après ce qu’elle avait déjà vécu. Mais finalement, tout ce qu’il lui faudra retenir, ce sont tous ces jours parfaits.

En conclusion

Tous nos jours parfaits est un roman fort et très marquant sur des sujets profonds : le deuil, le harcèlement scolaire, la dépression. Les deux personnages mis en avant par Jennifer Niven sont très différents et attachants. Malgré tout, en refermant ce livre, je reste sur ma faim car j’aurais aimé plus d’explications. Comme Violet, je fais face à l’incompréhension, et c’est probablement le plus bouleversant de tout. Une bonne lecture.

Notation 5 A découvrir

La Parisienne

Publicités