Pour que tu sois mienne,
Sara Farizan

Cette année, j’ai la chance d’avoir été sélectionnée par Milady pour faire partie de leurs partenaires. Je vais donc pouvoir découvrir leur catalogue et leurs nouveautés en avant-première, laissez-moi vous dire que j’en suis absolument ravie ! Et pour bien commencer l’année, j’ai bien évidemment sollicité un service de presse pour ce titre que j’attendais avec beaucoup d’impatience. Je remercie les éditions Milady pour cet envoi.

Le résumé

Sahar a 17 ans et elle est amoureuse de sa meilleure amie, Nasrin, depuis l’enfance. Les deux jeunes filles ont échangé autant de baisers volés que de promesses d’amour éternel. Mais l’Iran est un pays dangereux pour les homosexuels : Sahar et Nasrin seraient battues ou même mises à mort si leur secret était révélé.
Quand les parents de Nasrin décident de la marier, Sahar s’effondre. Son amie tente de lui démontrer que leur relation peut continuer dans le secret, mais Sahar ne peut s’y résoudre. La société ne l’autorise pas à partager la vie d’une femme. Et son cœur ne lui permet pas de partager l’amour de sa vie avec un homme. Cependant, les paradoxes d’un pays malade de sa religion fait que les mollahs lui permettent en revanche de vivre avec une femme, à la condition de devenir un homme.

Mon avis

Il y a des livres, comme celui-ci, que l’on n’a même pas besoin d’ouvrir pour savoir que l’on va les aimer. Rien qu’avec cette couverture, je SAVAIS que ce roman me bouleverserait, et ça a effectivement été le cas. Sincèrement, je crois que j’ai rarement une couverture aussi belle… Non seulement, elle colle parfaitement à l’histoire, on comprend d’emblée ce que l’on va trouver dans ce roman… mais en plus, esthétiquement, je la trouve vraiment magnifique, j’adore les couleurs, le peps qui s’en dégage. C’est typiquement le genre de livres vers lequel je me serais tournée en librairie.

Dans ce roman, nous allons donc rencontrer Sahar, l’héroïne, qui est folle amoureuse de sa meilleure amie Nasrin. Tellement qu’elle va vouloir changer de sexe pour pouvoir empêcher le mariage de Nasrin et prendre la place de son époux. Sahar et Nasrin s’aiment, et en Iran, une histoire d’amour entre deux personnes du même sexe, c’est illégal…
J’ai, bien sûr, été horrifiée par toute la violence de ce récit. En soi, la narration n’est pas dure, ni insoutenable. Ce qui l’est, c’est de comprendre à travers les lignes la réalité de ce qui se passe en Orient. C’est de savoir que les choses se passent vraiment comme elles sont décrites, là-bas, en Iran.

Pendant tout le déroulé de l’intrigue, on comprend que le changement de sexe n’est pas réellement un choix pour Sahar. C’est, au contraire, une absence de choix, un acte désespéré pour pouvoir vivre pleinement son amour. En rencontrant des transsexuels, Sahar va vite comprendre qu’elle n’est pas comme eux, que son genre ne lui pose pas problème. La difficulté, c’est qu’elle est tombée amoureuse de la mauvaise personne, du mauvais sexe. Elle ne veut pas devenir un homme pour aimer les femmes, elle s’accommode très bien de sa féminité. Ce qu’elle veut plus que tout, c’est ne pas avoir besoin de se cacher, et empêcher le mariage de Nasrin.
J’avais donc la boule au ventre au fur et à mesure que j’avançais dans ma lecture. Je ne voulais pas que Sahar en arrive là, je comprenais à quel point sa décision était mauvaise. Mais quelle autre solution avait-elle ?

Par moments, j’ai été surprise de constater que Sahar était si dépendante de Nasrin. L’auteure nous fait comprendre que, si Nasrin est résolue et sait depuis toujours quel sera son destin, Sahar elle n’a pas fini de se battre et n’est pas prête à se résigner.
Pourtant, j’ai aimé les revirements de situation, surtout à la fin. On comprend que l’amour de Nasrin est tout aussi fort que celui de Sahar, seulement mieux caché, mieux dissimulé…

C’est un roman qui m’a beaucoup touchée, qui m’a même bouleversée. J’en aurais voulu au moins 100 pages de plus. Il aborde différents sujets très forts et marquants : le mariage forcé, l’homosexualité, la place de la femme en Orient… C’est un roman qui marque.

En conclusion

Pour que tu sois mienne est un roman bouleversant qui raconte avec beaucoup de justesse une magnifique histoire d’amour interdite entre deux femmes, en Orient. Ce point de départ permet plusieurs réflexions autour de l’amour, de la place de la femme dans la société iranienne, de la vision de son propre corps. J’ai quitté les personnages à regret, car j’aurais aimé les accompagner plus longtemps. À lire de toute urgence.

Notation 7 Inoubliable

La Parisienne

Publicités