13 reasons why

Le roman de Jay Asher, 13 raisons, fait partie de ma wish-list depuis quelques temps déjà. Son sujet m’avait interpelée, et lorsque j’ai découvert que Netflix allait adapter une série tirée du roman, j’ai d’emblée su que j’allais la regarder pour me faire une idée, et découvrir les raisons qui ont poussé Hannah Baker, une lycéenne américaine, à se suicider. Je fais partie de ceux qui ont adoré cette série, et je vais vous expliquer pourquoi. En treize raisons.

***

Raison n°1 : Le roman 

Comme je vous le disais précédemment, j’avais déjà beaucoup entendu parler du roman de Jay Asher, que j’avais intégré à ma wish-list. Le fait que je connaissais déjà le livre, même sans l’avoir lu, était le point de départ pour me faire un avis sur la série. Je trouve cela important d’adapter des oeuvres à l’écran, certaines personnes n’aiment pas lire et cela peut leur donner le goût de la lecture. C’est également un moyen pour toucher un plus large public, en vulgarisant une oeuvre.

Raison n°2 : Le phénomène

Avez-vous pu échapper à la médiatisation massive de cette série ? Elle était attendue le 31 mars, et dès le lendemain, j’ai eu l’impression de voir un raz-de-marée sur Twitter. Tout le monde en parlait, tout le monde avait un avis sur la question, et j’ai cru comprendre que les avis divergeaient pas mal. Surtout au sein des blogueurs qui avaient lu le roman. Difficile donc de passer à côté de ce phénomène qui a généré énormément de visionnages sur Netflix.

Raison n°3 : La curiosité 

Forcément, lorsque tout le monde parle de quelque chose, j’ai envie de me faire mon avis. Et ajoutez à cela le fait que j’avais déjà, de base, l’envie de découvrir la série par moi-même… Je souhaitais moi aussi prendre part aux interrogations des fans, aux théories qui se multipliaient au sujet de la fin que je me refusais de lire pour éviter de me faire spoiler. Je vous en parlerai un peu plus bas.

Raison n°4 : Les personnages

Entrons dans le vif du sujet. Lorsque j’ai commencé à regarder la série, je me suis tout de suite questionnée : qui seraient ces 13 coupables ? Qu’ont-ils fait à cette pauvre Hannah pour qu’elle en arrive à une solution aussi définitive ? J’étais prête à en découdre avec des petits adolescents immatures, totalement aveugles sur l’effet de leurs paroles et de leurs actes. Et finalement, j’ai été surprise de découvrir des personnages avec beaucoup de relief et de nuances. On en vient presque à « comprendre » certains comportements, sans pour autant les excuser. Hannah possède sa vérité, sa version de la réalité, et l’on est amenés à s’interroger sur ce qui relève de l’interprétation et les faits tels qu’ils se sont produits. Les ados, eux-mêmes, essaient de faire croire qu’Hannah ment dans ses cassettes, et le spectateur est un peu perdu et ne sait plus très bien qui croire. C’est d’ailleurs l’une des grandes forces de la série.
On se prend évidemment d’affection pour Hannah, et l’on se met à espérer qu’elle ne soit pas morte. Alors même que le dénouement nous est fourni dès le début, nous misons sur une vengeance personnelle plutôt qu’un drame aussi tragique que celui qui s’est produit.

Les personnages sont vraiment très nombreux, et leurs « crimes » varient en intensité. Il y a des actes qui paraissent anodins (la diffusion d’un poème dans le journal du lycée) et ceux qui le sont moins (le viol). Il y a ceux qui ont des « excuses » (leur environnement familial, la volonté de s’intégrer ou d’éviter les ennuis avec la police), et il y a ceux qui n’en ont aucune. Hannah les met tous dans le même panier, et progressivement l’aversion de Clay à leur encontre se fait de plus en plus violente.
J’ai également aimé l’intégration des parents dans l’histoire : l’acceptation du deuil pour les parents d’Hannah, la confrontation à un adolescent qui refuse de communiquer pour ceux de Clay. Les parents absents de Justin, ceux qui justifient la violence comme le père d’Alex. Et puis le bon père de famille qui est totalement aveugle à ce que vit sa fille, comme c’est le cas pour Jessica. Bref : la palette de personnages est vraiment très large.

Raison n°5 : Les thèmes abordés

Slut-shaming, harcèlement, dépression, viol, suicide. Voici autant de sujets importants qui font désormais partie de la vie des adolescents, et qui sont mis en lumière grâce à cette série. Le harcèlement peut prendre diverses formes, et l’on comprend que les actes les plus anodins (comme ceux de Zach) prennent toute leur importance pour Hannah, à qui tout le monde s’en prend. Je me suis mise à sa place et je l’ai vraiment comprise. Plus que tout, c’est de solitude dont elle souffre : sans aucun ami à qui se confier, à qui parler. Hannah se referme progressivement sur elle-même, et son projet de cassettes est comme un testament qu’elle lègue à ses anciens bourreaux, pour qu’ils prennent conscience de ce qu’ils lui ont fait subir, pour qu’ils ne recommencent plus (mais la leçon est-elle seulement comprise ? On en doute quand on voit comment Tyler est traité).

Raison n°6 : La sensibilisation

Comme je le disais précédemment, les thèmes abordés sont lourds de sens et pourtant ils existent bel et bien, dans les lycées et même dans les collèges. La série est certes violente, mais elle ne cache rien de ce qui peut arriver. Les cas de suicides adolescents ne sont pas si rares que ça…
C’est une série que je conseille aux adolescents tout comme aux parents et même aux profs. Il existe bel et bien des signes annonciateurs. Le suicide n’est pas un acte commis du jour au lendemain.

Raison n°7 : L’absence de manichéisme

Même si Hannah apparaît comme la « victime » de cette histoire, elle prend également le rôle de « bourreau » avec cette vengeance par cassettes. Elle hantera ceux qui l’ont persécutée, condamnés à culpabiliser de l’avoir poussée au suicide. Et ses harceleurs ne sont pas tous mauvais, bien au contraire. Certains ont agi par bêtise, juste en suivant les plus populaires pour se faire accepter (comme Alex), d’autres n’ont simplement pas pris conscience de leurs actes (c’est le cas de Zach). On n’arrive pas toujours à en vouloir à un personnage, même si ce qu’il a fait a causé du tort à Hannah. Justin est détestable, mais il devient touchant dans les derniers épisodes, lorsque nous comprenons progressivement son histoire.
Nous avons bien sûr beaucoup plus d’aversion pour d’autres personnages, comme Bryce et Courtney, que j’ai eu en horreur. Mais même Courtney est compréhensible. Il n’y a finalement que Bryce pour incarner le vrai « méchant » de l’histoire, celui que l’on aimerait voir tomber.

Raison n°8 : La construction des épisodes

Autant vous le dire tout de suite : je suis devenue accro. J’ai aimé que chaque épisode soit consacré à une « raison », j’ai été surprise également lorsque j’ai vu revenir un personnage sur deux cassettes différentes. Par moments, les réalisateurs laissent un peu de suspense qui est dévoilé plus tard (la fête de Jessica, le rôle de Clay). Il n’y a finalement qu’une seule chose que j’ai trouvée mal amenée : la mort de Jeff, qui passe quasiment inaperçue. Je pense qu’on aurait pu insister et l’annoncer dès le début, en parallèle du suicide d’Hannah (avec des campagnes d’affichage sur les dangers de l’alcool au volant, un petit mémorial devant son casier également, ce genre de choses).

Raison n°9 : La qualité esthétique des images

J’ai trouvé l’univers très bien réalisé. Il n’était pas forcément évidemment de marier les sauts de la passé et les retours au présent, mais pourtant tout y est. J’ai aimé les décors et l’ambiance qui se dégagent de la série dans son ensemble.

Raison n°10 : Les cliffhangers

À chaque fin d’épisode, j’avais immédiatement envie de découvrir la suite, parce que le suspense est suffisamment bien amené pour nous mettre en haleine. À mesure que le temps passe et que la fin des cassettes se rapprochent, les épisodes gagnent en intensité et en violence. Et si l’on commence par de simples « rumeurs », la fin de la série est nettement plus percutante, avec la mort de Jeff, les viols d’Hannah et Jess (des scènes que j’ai eu du mal à regarder et qui m’ont profondément marquée), le suicide d’Hannah. J’ai encore les images en tête, et je pense que je ne suis pas prête de les oublier.

Raison n°11 : La fin

Je ne sais même pas par où commencer tellement j’ai aimé cette fin, qui appelle évidemment une suite selon moi. Reprenons tous les éléments en suspens :
– Déjà, élément que beaucoup de gens ont mis de côté mais qui m’a titillée : la lettre qu’Hannah a écrit à Zach. Pourquoi Hannah a-t-elle menti sur ce sujet ? Pourquoi Zach a-t-il encore la lettre ? Que s’est-il réellement passé ?
– Lorsque l’on apprend, dans l’épisode 12, qu’un ado s’est pris une balle en pleine tête, j’ai immédiatement pensé à Tyler. Et puis, l’épisode 13 nous révèle que c’est Alex qui a tenté de se suicider. Deux théories s’opposent : dans l’une, Tyler qui subit lui aussi du harcèlement au quotidien (et le suicide d’Hannah ne semble pas avoir changé les choses, les harceleurs continuent à harceler), a pris les armes pour commencer une tuerie de masse qui sera peut-être mise en scène dans la saison 2. Dans l’autre, Alex s’est réellement tiré dessus, on remarque d’ailleurs que dans la dernière scène où il apparaît, il range ses affaires, tout comme Hannah avant de s’ouvrir les veines. Je penche pour la première, pour ma part. Et vous ?
– Que s’est-il passé entre Skye et Clay ? Ils étaient amis mais ne le sont plus. Est-ce que Skye envoient les mêmes signaux qu’Hannah ? Ce serait la raison pour laquelle Clay décide de l’emmener avec lui  à la fin…
– Comment Hannah connaissait-elle Tony ? Leur amitié n’est pas du tout mise en avant dans les cassettes, et pourtant Hannah lui faisait suffisamment confiance pour lui confier les enregistrements.
– Clay est-il malade psychologiquement ? On parle souvent de son ancienne thérapie et de ses cauchemars… Mais aucune explication n’est fournie.
– Cheryl a appelé la police pour se dénoncer. Que se passe-t-il ensuite ?
– Et surtout, bien sûr : qui a parlé des cassettes à la police ? Est-ce que justice sera faite ? Bryce va-t-il finir en prison comme il le mérite ? Jess va-t-elle réussir à remonter la pente ? Comment le procès va-t-il se finir ? Est-ce que Clay va enfin dire la vérité à sa mère ?

Beaucoup de choses restent en suspens, et j’aimerais vraiment voir une saison 2 pour que certains éléments se développent.

Raison n°12 : La réalité

Cette série fait écho au vécu de nombreux adolescents. Et si Hannah passe pour une drama queen aux yeux de ses camarades, ce qu’elle traverse est en réalité un véritable drame auquel sont confrontés de nombreux ados et parents, même à l’heure actuelle. Et ça ne devrait pas exister.

Raison n°13 : Le vécu personnel

Dans une mesure bien plus modérée qu’Hannah, j’ai moi aussi subi du harcèlement lorsque j’étais au lycée. Il faut beaucoup de force et de courage pour endurer les moqueries humiliantes, les ados sont cruels et ne se rendent pas compte de l’impact de leurs paroles. Parfois, même, le harcèlement est loin de disparaître dans le monde de l’entreprise. La solitude est toujours un danger.

***

Si vous n’avez pas encore regardé la série 13 reasons why, je vous la recommande chaudement. Elle contient des passages très violents, difficilement supportables à l’écran, mais elle aborde des sujets importants qui incarnent une réalité pour de nombreux adolescents. Clay et Hannah sont tous deux attachants, et l’atmosphère de cette série vous poursuivra longtemps. Pour ma part, je ne suis pas prête d’oublier Liberty Hall, et j’espère qu’une saison 2 verra le jour pour que mes questions trouvent des réponses. Mais peut-être que le propre du suicide est de ne pas fournir de réponses, et que je suis condamnée à vivre dans l’interrogation comme les parents d’Hannah…

La Parisienne

Publicités