Normal(e)
Lisa Williamson

Les romans publiés par Hachette ne font pas toujours partie de ceux que je remarque le plus, parce que ce n’est pas une maison que j’identifie forcément très clairement. Pourtant, lorsque j’ai découvert leur catalogue, j’y ai trouvé quelques pépites qui m’ont tapé dans l’oeil, et notamment ce roman que je suis très heureuse d’avoir reçu. Je remercie les éditions Hachette pour cette lecture.

Le résumé

La voilà, l’occasion pour moi de tout déballer.
Cinq petits mots : Je. Veux. Être. Une. Fille. Une phrase qui refuse de sortir. Qui me réduit au silence. Maman s’attend certainement à ce que je lui dise que je suis gay. Il y a sans doute des mois qu’elle se prépare à cette conversation. Sauf qu’elle et papa ont tout interprété de travers.
Je ne suis pas gay. Je suis juste une fille coincée dans un corps de mec.

Mon avis

Avez-vous vu passer ce roman sur la blogosphère ? Moi, non. Et pourtant, il mériterait de faire parler de lui. Ne serait-ce que pour sa magnifique couverture que je trouve absolument craquante, n’est-ce pas aussi votre cas ? Regardez-moi ces belles couleurs, comme elles sont douces ! Et ce petit pictogramme adorable… Ce que vous ne voyez pas, c’est l’intérieur tout rose de ce roman à croquer. Bref, de base, ce livre est un bel objet qui m’appelait.

Si je commence par les choses positives qui m’ont plu dans ce roman, je me dois évidemment d’aborder la question du sujet, qui est l’autre raison pour laquelle j’ai eu envie de découvrir ce livre. Le changement de genre à l’adolescence, voilà une thématique très actuelle et qui est pourtant très peu abordée dans la littérature young adult. Pourtant, c’est quelque chose qui concerne bien plus d’ados que ce que l’on croit. Et c’est un phénomène qui mérite d’être compris et d’être ébruité. Lorsque l’on naît enfermé dans le mauvais corps, lorsque l’on se retrouve à devoir lutter pour devenir celui que l’on est réellement au fond de soi, lorsque l’on se bat contre un genre auquel on ne s’identifie pas…
J’avoue ne m’être jamais posée la question. Moi, j’ai toujours été une fille, et ça n’a jamais pu être autrement. J’aime porter des robes, me maquiller, faire attention à moi. La douleur d’être emprisonné dans un corps qui ne me correspond pas ne m’a jamais effleurée l’esprit. Mais comme cela doit être difficile et éprouvant…

A travers la question de la transgenralité (?) se pose également celle de la transidentité, et de la sexualité qui les accompagne. Oui, David est un garçon. Mais il se considère comme une fille. Il aime donc les garçons. Faut-il nécessairement coller une étiquette à cela ? L’acceptation de l’entourage, les secrets, les non-dits… Tout cela pèse sur les épaules de nos personnages et contribuent à nous serrer un peu plus le coeur.

En lisant les premiers chapitres de ce roman, je n’ai pas pu m’empêcher de me sentir indignée pour David et Léo. Les adolescents peuvent être cruels à un point que nous n’imaginons même pas, et les séquelles qui accompagnent leurs paroles et leurs actes sont inimaginables. Je me suis sentie impuissante devant tant de méchanceté gratuite.

Cependant, je dois avouer avoir été déstabilisée par le mode de narration du roman. Nous sommes en effet face à deux narrateurs. Le premier changement m’a totalement perdue, je ne comprenais plus rien à l’intrigue, et je n’avais pas percuté qu’un nouveau narrateur prenait la parole. Pendant ma lecture, j’ai donc eu des moments d’interrogation, car le nom du narrateur n’est pas mentionné en début de chapitre, et j’ai trouvé ce choix éditorial perturbant pour le lecteur.
De même, j’ai été un peu déçue par l’écriture de l’auteure, que j’ai trouvée assez simple et peut-être un peu trop plate. Je sais bien que nous sommes dans un roman adolescent, mais j’aime quand même lorsqu’un effort est apporté à l’écriture. Cela va un peu de paire avec la prévisibilité de l’histoire, que je reproche régulièrement aux romans Young Adult. Mais je pense que cette prévisibilité satisfera des lecteurs plus jeunes que moi.

En conclusion

J’ai beaucoup aimé les sujets qu’aborde ce roman Young Adult, à savoir : le changement de sexe lors de l’adolescence, l’acceptation de l’entourage, la transidentité. Je regrette un peu la trame assez classique de l’histoire, et l’écriture que j’ai trouvée très plate. Un livre avec une thématique importante qui m’aura fait passer un bon moment.

La Parisienne

Publicités