La Plage de la mariée
Clarisse Sabard

Clarisse est une auteure que j’ai découverte l’an dernier, en tant que Lectrice Charleston, grâce à son premier roman, Les Lettres de Rose. Elle est également blogueuse et m’a précédée dans l’aventure des Lectrices Charleston. J’étais très impatiente de découvrir son deuxième roman, d’autant que les avis que j’avais lus le concernant étaient tous très élogieux. Je remercie les éditions Charleston pour cette lecture.

Le résumé

La vie de Zoé, 30 ans, bascule lorsqu’un coup de téléphone lui apprend que ses parents ont eu un grave accident : son père est mort sur le coup et sa mère est trop grièvement blessée pour espérer s’en sortir. Avant de mourir, elle confie cependant à Zoé que l’homme qui l’a élevée n’est pas son véritable père. Pour retrouver ce dernier, elle lui donne un seul indice : la plage de la mariée.

Mon avis

L’an dernier, avec ma lecture des Lettres de Rose, j’avais retrouvé tous les ingrédients d’un bon roman Charleston, mais sans forcément percevoir les traits de personnalité de l’écriture de Clarisse. C’était donc là où je l’attendais au tournant avec son nouveau roman, et je dois dire qu’elle m’a complètement charmée.

À peine avais-je tourné les premières pages de ma lecture, que j’ai de suite succombé au charme de ce petit village de Bretagne dans lequel Zoé se rend pour partir sur les traces de ses origines. J’ai aimé chacun des personnages, touchant à sa manière. Avec bien évidemment un petit faible pour Marie-Courgette ! J’avais presque l’impression de les connaître et de faire moi aussi un peu partie de ce petit monde. Clarisse Sabard nous plonge au coeur d’une bulle un peu hors du temps, où il fait bon vivre, et où l’on se sent tout simplement bien. 
J’ai également aimé cette vision de l’amitié qui outrepasse la distance. J’ai moi-même vécu cela, et je sais à quel point l’amitié est importante. Et à quel point la distance n’est rien lorsque l’on aime vraiment quelqu’un.

À mes yeux, le vrai plus de cette lecture par rapport à la précédente, c’est évidemment l’humour qui est intégré par petites touches. Je ne me rappelle pas avoir ri autant avec Les Lettres de Rose. Quelle agréable surprise ! Voilà qui permet à l’auteure de s’inscrire davantage dans la lignée du feel-good book, comme je les aime.

À cette phase de reconstruction, après un deuil très difficile à porter, s’ajoute pour Zoé une quête identitaire qui ajoute un peu de suspenses au roman. La question qui se pose est celle de découvrir qui est son véritable père. Et il est facile de le trouver avant Zoé !
Cette fois, pas d’alternance entre le passé et le présent. Nous avons une narration plus simple mais qui permet de suivre l’évolution de la petite enquête de notre héroïne au même rythme qu’elle, sans en savoir trop.

Mon seul regret avec cette lecture vient de l’histoire d’amour qui, à partir des trois quarts de l’histoire, a pris un peu trop de place à mes yeux. D’autant que je n’ai pas adhéré au changement de comportement soudain de Zoé. Cette péripétie était pour moi assez superflue. Pour être honnête, je m’attendais à ce que Zoé me surprenne davantage en s’intéressant au cousin, et non à celui que l’on voit venir à des kilomètres. Je pense que cette péripétie n’était pas nécessaire, et j’aurais préféré que le roman soit un tout petit peu plus linéaire de ce point de vue là.

En conclusion

J’ai refermé La Plage de la mariée avec un grand sourire aux lèvres. D’une part, parce que ce roman est l’un de ceux dans lesquels on se sent bien, et que l’on n’a pas vraiment envie de quitter. Et d’autre part, parce que j’y ai vu une réelle évolution dans le style et dans l’identité littéraire de l’auteure. Voici une merveilleuse lecture que je vous recommande tout particulièrement. 

La Parisienne

De la même auteure :
Les Lettres de Rose

Publicités