Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie
Virginie Grimaldi

Virginie Grimaldi est une auteure que je suis depuis son premier roman, et que j’ai eu la chance de rencontrer à plusieurs reprises. J’aime autant ses romans que sa personnalité, et je suis convaincue qu’elle nous réserve encore de très belles surprises. Un grand merci aux éditions Fayard pour cette lecture, ainsi qu’à Anouk et Coco Bouquine de m’avoir accompagnée.

Le résumé

Pauline, quittée par son mari Ben, se retrouve obligée de vivre chez ses parents avec son fils de quatre ans. D’abord abattue, elle décide de ranimer ce qui avait fait tenir sa relation avec Ben jusque là. En lui envoyant, chaque jour, le souvenir d’une histoire liée à leur rencontre, elle tente de rappeler à Ben, qui l’a peut-être oublié, qu’ils se sont aimés.

Mon avis

Pour tout vous avouer, Virginie Grimaldi est l’une de mes auteures chouchous. L’une de celles pour qui je suis prête à attendre deux heures pour lui parler deux minutes, dont je suis sûre d’acheter et d’aimer tous les livres, dont je suis, like et commente tous les posts sur les réseaux sociaux (ou presque, je ne suis pas une groupie non plus). Bref : c‘est une auteure pour laquelle je serai toujours au rendez-vous. Déjà, parce que c’est un soleil, parce que lorsque vous la rencontrez, elle prend le temps de vous écouter, de vous regarder dans les yeux, et de vous faire vous sentir important. Mais aussi parce que c’est une auteure vraie, humaine, touchante, hypersensible, et pleine de potentiel. J’ai l’intime conviction qu’elle n’en est qu’au début de sa carrière, et qu’elle n’a pas fini de nous épater et de nous surprendre.

Ce roman, je l’attendais parce que je savais que ce sujet serait un jour soulevé, et je savais que ce jour-là, la réalité prendrait tellement le pas sur la fiction que je prendrais un seau d’émotions en pleine poire. Je connais l’histoire, le vécu de Virginie parce qu’elle en a parlé sur son blog, et je savais que ce roman serait bien plus personnel que ses deux précédents, aussi me doutais-je de ce qui risquait d’apparaître dans ce petit troisième. Je ne vous en dis pas plus, si vous ne l’avez pas encore lu, la surprise sera intacte.

Dans ce roman, l’héroïne s’appelle Pauline et elle vient tout juste de se séparer de l’homme de sa vie. C’est donc un roman d’apprentissage dans lequel Pauline va devoir réinventer sa vie et celle de son petit Jules, sans Ben.
Encore un roman qui tombe à point nommé dans ma vie. Encore une lecture qui a douloureusement fait écho à ce que je traverse, qui m’a confrontée à l’une de mes peurs les plus profondes : celle, un jour, de ne plus être aimée par l’homme qui partage notre vie.

Dans ce livre, les personnages sont multiples et tous très différents. J’ai aimé leurs personnalités assez travaillées, qui dissimulent des apparences souvent trompeuses : la soeur à l’existence pas si parfaite que ça, la mère qui se veut irréprochable sans toutefois s’autoriser à faiblir, le frère-confident qui porte lui aussi son lot d’angoisses… Et puis Pauline. Aveuglée par l’égoïsme du chagrin, comme toute personne confrontée à une douleur aussi énorme.

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie laisse la parole au passé, au vécu, à l’expérience des sentiments de son auteure. Il est si criant de vérité, de sincérité, et pourtant si sobre dans la douleur qu’il m’aura fait monter les larmes aux yeux. Comment consoler cette femme, qui nous livre son coeur à travers sa propre histoire ? Je suis heureuse que Pauline n’ait jamais sombré dans la « facilité » de la culpabilité. À aucun moment, elle s’interroge sur le cours des choses, dans son couple, qui aurait peut-être été différent si elle-même avait géré sa douleur différemment. À quoi bon s’interroger sur ce qui aurait pu être ? Cela prend déjà tellement de temps d’accepter ce qui est.

En conclusion

Ce roman est si intime et personnel qu’il ne peut que nous toucher en plein coeur à travers l’authenticité des sentiments qu’il dégage. Touchant, émouvant, sincère… il y aurait bien des adjectifs à accoler à cette lecture. Virginie Grimaldi m’a émue jusqu’aux larmes, et j’ai simplement envie de lui dire merci et bravo d’avoir fait d’une telle douleur un roman aussi beau. Lisez-le, il vous fera voir la vie autrement.

La Parisienne

De la même auteure :
Le premier jour du reste de ma vie
Tu comprendras quand tu seras plus grande

Publicités