Souviens-toi que l’amour n’existe pas
Diane Gontier

Ce roman est tombé dans ma liste d’envie un peu par hasard, parce que son titre et sa couverture m’avaient accroché, parce que son résumé m’avait très clairement rendu curieuse, et parce que je sentais toutes les réflexions que cette lecture ne manquerait pas de faire naître en moi. Je remercie les éditions Milady pour cette lecture.

Le résumé

Ce roman est l’histoire d’une double vie : celle de Françoise et Mila, une seule et même personne qui mène deux existences cloisonnées et distinctes. Françoise navigue au quotidien entre ses cours de droit à l’Université, sa famille recomposée, ses copines et la relation tendre et complice qu’elle entretient avec son meilleur ami, Pierre. Fuyant les sentiments après une déception amoureuse, Mila se prostitue occasionnellement la nuit avec des hommes rencontrés sur Internet, satisfaisant ainsi ses propres fantasmes. À moitié par jeu et par souci d’anonymat, elle porte au cours de ces sorties un loup noir pour dissimuler son visage. Mais une rencontre inattendue va tout faire basculer. Un soir, Mila accepte un rendez-vous avec son professeur de droit qui l’a contactée sous pseudonyme. Dès lors se noue une relation sulfureuse et clandestine qu’elle croit maîtriser alors qu’elle ne cesse de lui échapper.

Mon avis

Ce roman, dès son résumé, nous laisse clairement entrevoir ce qu’il contient : des actes pouvant être moralement condamnables aux yeux de certains, mais qui nous poussent dans nos retranchements et nous permettent de nous interroger. Dès le début de ma lecture, j’ai compris que Mila était une héroïne particulière : oui, c’est une call girl. Elle ne dépend de personne, cette activité secrète lui appartient pleinement, et elle le fait uniquement parce qu’elle y prend du plaisir et parce qu’elle aime la contrepartie financière. Je me suis beaucoup interrogée sur ce sujet, mais j’en suis venue à la conclusion que, finalement, Mila était dans son droit le plus strict : qui sommes-nous pour juger de ses actes et la condamner ? Chacun n’est-il pas libre de faire ce qu’il veut dès lors qu’aucune contrainte n’est exercée ?

Le début de ma lecture a été chaotique, non par manque d’intérêt, mais plutôt parce que j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans la narration que j’ai trouvée assez factice. En somme, ce roman est à mes yeux mal écrit, il nous fait sentir toute la fiction qui pèse sur l’histoire, et l’on voit très clairement l’auteur qui se dissimule derrière les mots de la narratrice. Mais au bout d’une centaine de pages, ce défaut s’est estompé à mesure que je me suis prise dans l’intrigue.

Ce roman contient plusieurs « phases »  à mes yeux : la phase Mila, la phase Costa et la phase Pierre. Et la force de l’auteure est de réussir à les faire s’imbriquer les unes dans les autres sans que le lecteur ne le voit forcément venir. C’est un roman intelligemment construit, même s’il n’a rien de révolutionnaire au premier abord. Il est à la fois érotique, psychologique, quasiment feel-good sur la fin… pour se terminer en véritable drame. Bref, un quatre-en-un (comme l’expression est glamour !).

Souviens-toi que l’amour n’existe pas est l’un de ces romans que j’ai adoré en raison de sa fin, soudaine, brutale, inattendue, et à laquelle j’ai totalement adhéré. Voilà le genre de fin qui peut renverser totalement l’avis que je me fais d’un roman. J’ai trouvé cette fin incroyablement puissante, parce qu’elle surprendra plus d’un lecteur, et je suis fière de m’être rendu compte du retournement de situation qui se profilait quelques pages à peine avant de le voir se produire. C’était comme si tout se déroulait trop bien, comme si un détail pourtant m’avait échappé et allait venir faire tout échouer du bonheur de Françoise. Et ça n’a pas manqué ! Bref, ne serait-ce que pour cette fin : lisez ce roman !

En conclusion

La force de ce roman repose à la fois sur les réflexions qu’il suscite et sur son dénouement incroyablement surprenant qui m’a laissée totalement pantoise. J’avais envie d’applaudir face à ces pages finales que j’ai tout simplement adorées, et que j’ai trouvées géniales. C’est un livre qui m’aura permis de me poser de nombreuses questions, et même si je l’ai trouvé mal écrit, je suis heureuse d’avoir surpassé ce défaut et de m’être accrochée car la surprise fut de taille. Une excellente lecture que je vous recommande, si le pitch de départ ne vous dérange pas, moralement.

La Parisienne

Publicités