Madeleine Project
Clara Beaudoux

Le #MadeleineProject est un projet initié par Clara Beaudoux, journaliste, dont j’avais vaguement entendu parler sur les réseaux sociaux. Je ne m’y étais pourtant jamais vraiment intéressée – je n’étais pas allée suivre le compte Twitter de Clara. J’en connaissais le point de départ et m’étais dit qu’un jour, peut-être… Merci aux éditions Le Livre de Poche pour cet envoi surprise que j’ai adoré, contre toute attente.

Le résumé

Elle s’appelle, elle s’appelait Madeleine, elle aurait eu 100 ans cette année. Et elle avait rangé toute sa vie dans une cave : carnets, photos, souvenirs, bijoux, lettres, vieux journaux… que Madeleine avait classés, emballés, étiquetés dans des enveloppes, des cartons ou des valises. Pour qui ? Pour quoi ? La vieille dame n’a pas eu de descendants. A sa mort en 2011, le trésor est resté à l’abandon, il aurait pu finir à la décharge. Mais la journaliste Clara Beaudoux a récupéré l’appartement et la cave il y a deux ans et a décidé depuis lundi d’en faire l’inventaire, en image et texte, sur Twitter et Storify. Mot-clé : Madeleine project. Impossible de ne pas être happé par cette femme qui fut enseignante -on la voit sur plusieurs photos de classe, école Jean Macé à Aubervilliers- qui collectionnait la revue Historia, les guides touristiques sur la Hollande, les crayons à papier et les carnets Moleskine, avec des paroles de chansons ou des recettes de cuisine. Madeleine qui semble avoir perdu son frère à la guerre en 1941 et un grand amour, Loulou, dont elle a numéroté toutes les lettres consignées dans une valise. Qui écrivait quantité de cartes postales à sa maman, débutant par  » Ma petite mère « . Durant trois jours, en novembre dernier, Clara Beaudoux a dressé le portrait d’une anonyme, tweet par tweet. Un récit suivi par des milliers d’internautes captivés par ce  » feuilleton  » 2. 0. Ce livre réunira l’ensemble des tweets de Clara Beaudoux en un recueil-reportage en forme de  » Madeleine  » du passé.

Mon avis

Parfois, les envois surprises ont du bon. Dès que j’ai reçu ce livre, que je n’avais pourtant pas demandé et dont j’ignorais la date de sortie, il est devenu mon obsession : il m’appelait, il fallait que je le découvre au plus vite.
Une fois plongée dans la vie de Madeleine, il m’a été difficile voire impossible de m’en échapper. Je pense avoir subi le même mal que Clara Beaudoux, et que ses nombreux followers : j’avais envie d’en apprendre davantage sur cette Madeleine et sa vie passionnante. C’était comme lire un roman de guerre en sachant pertinemment que tout était vrai. La vie de Madeleine aurait fait un livre formidable. Elle a vécu une vie de fiction, une vie comme on en lit souvent, mais une vie pourtant bien réelle qui m’a fascinée le temps de plus de 600 pages dévorées en une après-midi.

Ce qu’il y a de plus fascinant dans l’histoire de Madeleine, c’est de savoir que tout cela est vrai. Que ce sont des souvenirs, qu’elle a légué à Clara sans le vouloir. Des pistes, des traces. Et quelle vie a-t-elle eue…

Je trouve le projet en lui-même incroyable. Le travail qu’il a fallu abattre pour rassembler toutes ces informations ! Aurais-je eu la même inspiration ? N’aurais-je pas plutôt cédé à la tentation de tout jeter ? Impossible à dire. En tout cas, la force des écrits n’a de cesse de me poursuivre et de me fasciner. Note à moi-même : penser à en laisser dans le cas où une future Clara viendra vivre chez moi, plus tard.
Nous vivons de plus en plus dans une société de dématérialisation. Pourtant, Clara Beaudoux a réussi à allier la puissance de l’écrit et la force de frappe du numérique. Les lettres de Madeleine et Twitter. Plus tard réunis dans un seul et unique livre, de plus d’1kg tout de même. Une histoire fascinante.

Je n’ai jamais eu la sensation que l’auteure bafouait l’intimité de Madeleine, j’ai trouvé beaucoup de bienveillance et de respect dans ses tweets. C’est un hommage qu’elle rend à la vieille dame qui aurait eu 100 ans au moment où débute le #MadeleineProject.
Même après avoir refermé l’histoire de Madeleine, ce livre continue à m’obséder. Je pense à elle en me demandant ce que nous ne savons pas encore. Je n’imagine même pas ce que doit ressentir Clara Beaudoux, je pense que Madeleine fait désormais partie d’elle…

En conclusion

Voilà un livre original qui part d’une initiative inédite, celle de rendre hommage à une inconnue oubliée qui mena une vie extraordinaire. Toutes les existences ne le sont-elles pas, pour le peu que nous nous y intéressions ? Ce projet m’a emballée et tenue en haleine, et j’avais envie d’en découvrir toujours plus au sujet de cette Madeleine qui fait désormais un peu partie de moi aussi. Merci Clara Beaudoux pour ce travail titanesque !

La Parisienne

Publicités