Petit Pays
Gaël Faye

Pour fêter Noël, les éditions Le Livre de poche m’ont proposé de recevoir un titre paru chez eux parmi toutes leurs sorties de l’année 2017. Mon choix s’est porté sur Petit Pays de Gaël Faye, un roman dont j’avais énormément entendu parler puisqu’il a reçu le Prix Goncourt des lycéens. Je remercie les éditions Le Livre de poche pour cette lecture.Le résumé

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français…

Mon avis

Il y a toujours une grosse part d’appréhension lorsque l’on ouvre un ouvrage primé. Au fond de moi, j’ai toujours cette peur de ne pas comprendre le phénomène, de ne pas partager le point de vue des grands pontes de la littérature qui ont offert un prix si prestigieux à un livre. Et bien évidemment, j’en viens à m’interroger sur ce qu’est la littérature et sur son évolution. Pour vous la faire courte, donc, j’ai toujours cette crainte de ne pas apprécier autant que ce que je souhaiterais, et aujourd’hui, avec Petit Pays, cette crainte s’est avérée fondée.

Bien que j’ai apprécié ma lecture, je n’ai pas été transportée comme je l’imaginais. Ce court roman retrace l’histoire d’un jeune narrateur qui va vivre les heures sombres du Burundi, à travers le conflit qui opposa les Hutus et les Tutsis. C’est un sujet que l’on ne nous enseigne absolument pas à l’école et qui pourtant m’intéresse beaucoup, on parle ici d’un génocide qui s’est produit peu après ma naissance, il y a 25 ans. Je m’attendais donc à cerner un peu plus les raisons de cette guerre civile, mais l’histoire nous étant narrée du point de vue d’un enfant de 11 ans, aucune explication n’est réellement développée. J’ai donc dû aller me renseigner de moi-même sur internet, et même là, j’ai trouvé les explications assez confuses et je n’ai toujours bien cerné l’origine du conflit. Et cela m’a déçue car j’aurais aimé que la portée instructive soit plus développée.

Avec ce roman, il ne faut pas s’attendre à une trame narrative comme on en trouve dans des diégèses classiques. Je suis d’ailleurs surprise que le roman ait été primé par des lycéens, car c’est un livre qui déroute, qui surprend. Sa violence est innommable, certaines scènes m’ont tout bonnement retourné le coeur tant je les ai trouvées insupportables à lire, et encore plus à concevoir, à imaginer. Tout concorde à nous témoigner de l’absurdité de la guerre et de l’affrontement de ces deux camps.

Je n’ai pas réussi à ressentir d’attachement particulier pour les personnages qui jonchent l’histoire, pas même Gaby. J’ai bien entendu trouvé son histoire fascinante mais il m’a manqué beaucoup d’émotions pour rendre cette lecture inoubliable.
Je pensais que ce roman serait porteur d’un engagement plus fort, plus compréhensible, au lieu de quoi je n’ai pas réellement compris quelles étaient les convictions de l’auteur, en dehors évidemment de son rejet de la guerre qui transparaît dans la description de ses multiples horreurs.

En conclusion

Petit Pays est un roman qui traite d’un sujet qui m’intéressait beaucoup : le génocide rwandais et la guerre civile au Burundi qui en a découlé. Néanmoins, je n’ai pas réellement compris les origines du conflit et cette lecture ne m’a pas éclairée sur les raisons de cette guerre. Ce qui transparaît le plus, c’est l’absurdité d’une guerre menée sans réel motif d’opposition. Un roman qui ne m’a pas fait ressentir les émotions que j’attendais, et j’en suis la première déçue.

La Parisienne

Publicités