Les Mijaurées
Elsa Flageul

Voici un titre dont je n’avais absolument jamais entendu parler à ce jour, et pourtant, lorsque j’ai reçu le dernier programme des éditions Milady en 2017, le résumé m’a curieusement attirée. Après un petit tour sur Livraddict, je ne lui ai découvert qu’une seule chronique accompagnée d’une excellente note, ce qui a décuplé mon envie de lire ce roman. Je remercie les éditions Milady pour cette lecture.

Le résumé

En 1992, Lucile et Clara entrent en quatrième dans le même collège parisien. Parce qu’elles se sentent différentes des autres, elles vont se rapprocher, jusqu’à devenir inséparables. Les années 1990 s’achèvent, un nouveau siècle voit le jour, et Lucile et Clara cherchent à se faire une place dans ce monde qui ne les attend pas et que la crise et l’arrivée du sida fragilisent. Leur duo, aussi incandescent, aussi amoureux que le sont les amitiés adolescentes, est une armure pour se jeter dans ce siècle tout neuf, pour découvrir l’amour et s’inventer une vie qu’elles imaginent ensemble, toujours. En 2001, les tours jumelles s’effondrent, la vie est là, avec ses échardes, avec ses blessures, avec la maladie, la passion, la mort, avec aussi parfois des rêves qui se réalisent… Lucile et Clara, ensemble, oui, mais jusqu’à quand et, surtout, comment ?

Mon avis

Nombreux sont les bons romans qui pourtant nous échappent, noyés dans la masse des sorties et des rentrées littéraires, toujours plus conséquentes d’année en année. Malheureusement pour lui, Les Mijaurées est de ceux-là, de ces romans qui passent inaperçus alors même qu’ils mériteraient un joli coup de projecteur. Et je ne le dis pas suffisamment, mais l’on peut compter sur les éditions Milady pour dénicher de jolies pépites en littérature contemporaine. C’est une maison connue pour sa romance, et pas tant pour ses parutions en littérature contemporaine, mais c’est dommage car à mes yeux, ils ont d’excellents auteurs et d’excellents romans dans cette collection méconnue. Inutile de vous rappeler que Jojo Moyes, Cecelia Ahern et Nadia Hashimi sont éditées chez Milady ? Pour ne citer qu’elles !

Venons-en plutôt au coeur du sujet. Ce roman nous plonge au coeur du Paris, à la fin des années 90. Je venais tout juste de naître, et pourtant j’ai reconnu les nombreuses actualités de cette fin de millénaire, encore plus évidemment lorsque l’auteure aborde les années 2000 et la décennie qui s’en suit. C’est un roman qui m’a énormément parlé, et dans lequel je me suis beaucoup projetée, car il évoque beaucoup de choses que j’ai connues. Je ne parle pas forcément de l’héroïne et de ce qui lui arrive, mais plutôt de tout le contexte politique et historique qui entoure sa vie. C’est une période que j’ai connue, tout simplement, et ce roman dresse un véritable tableau d’une époque.

Notre héroïne s’appelle Clara, et tout tournera autour de son amitié avec Lucile, qu’elle rencontre lors de ses années collège. Le roman retrace l’histoire de leur amitié, dans ce qu’elle a de plus précieux mais également de plus fragile, puisqu’elle aborde avec douceur et pudeur des moments de doute et d’éloignement. Et, de vous à moi, qui n’a jamais connu ça ?
C’est un roman qui ne cache rien de ce que ressent l’héroïne, même lorsqu’elle même en a honte : cette jalousie dévorante pour une meilleure amie au centre de l’attention à cause de sa maladie, de son exotisme suédois parfois exaspérant qui la fait passer elle, Clara, au second plan, et puis la menace de cette interdiction du prince charmant qu’elle bravera malgré tout…

J’ai profondément aimé ce roman, car il se veut honnête, sincère, authentique dans ce qu’il retrace. Cette histoire n’était pas la mienne, et pourtant je me suis projetée, je me suis parfois même reconnue en Clara… qui nous fait comprendre que finalement, l’héroïne de cette histoire, c’est plutôt Lucile. Deux mijaurées inséparables.

En conclusion

Les Mijaurées est une belle ode à l’amitié, dans ce qu’elle a de plus pur et de plus fascinant. Elsa Flageul rend ici un très bel hommage à ce lien indicible qui peut se tisser entre deux êtres, si fragile et pourtant si fort. C’est un roman qui aborde de nombreux sujets, balayant l’adolescence pour arriver jusqu’à l’âge adulte, et dans lequel je me suis beaucoup projetée en raison de l’époque qu’il dépeint. Une jolie découverte.

La Parisienne

Publicités