Paris-Venise
Florent Oiseau

Lorsque j’ai reçu Paris-Venise dans ma boîte aux lettres, la surprise était totale. Je ne m’y attendais absolument pas, d’autant plus que je n’avais pas du tout accroché au premier roman de l’auteur que j’avais même dû abandonner. Je remercie Charline d’Allary Editions pour sa persévérance et cette prise de risques.

Le résumé

Roman vient de trouver un job sur le Paris-Venise, le train de nuit le plus en retard d’Europe. Un signe. Lui non plus n’est pas très en avance dans sa vie. À presque trente ans, décrocher ce poste de couchettiste ressemble à une consécration… Les trafics de clandestins, les douaniers avinés, les descentes de pickpockets venus piller la diligence : tout peut arriver dans ce théâtre ambulant. Même tomber amoureux.
Inspiré de faits réels, Paris-Venise confirme le talent de Florent Oiseau qui mêle admirablement humour et sensibilité.

Mon avis

En commençant ma lecture, je dois vous avouer que je partais avec de gros a priori négatifs. J’avais eu une réaction très hermétique au premier roman de Florent Oiseau, et je ne voyais pas très bien comment il serait possible de me réconcilier avec son écriture. Pourtant, je me suis fait violence et j’ai fait confiance à Charline, qui connaît désormais mes goûts littéraires et qui m’a chaudement recommandé cette lecture. Qu’en est-il ?

Eh bien je dois dire que c’est une très bonne surprise. Je pense que toutes les conditions étaient réunies pour que j’apprécie ce roman : je l’ai commencé lors d’un voyage en train (tiens donc, drôle de coïncidence pour un roman dont l’essentiel de l’action se déroule… dans un train !), j’avais une longue plage horaire devant moi à consacrer à la lecture, le roman était court et promettait de se lire rapidement… Il combinait tous les critères qui m’assuraient de passer un bon moment.

Ce que j’ai beaucoup apprécié, au-delà même du récit qui raconte un quotidien plutôt commun à beaucoup d’entre nous, c’est l’humour bien dosé de l’auteur tout au long du récit. Le résumé de quatrième de couverture nous promet un roman qui mêle « humour et sensibilité », et je n’aurais pas dit mieux moi-même. Ce sont exactement les deux ingrédients qui ont permis à l’alchimie de prendre, avec moi.
Le narrateur n’est pas particulièrement attachant, mais pourtant ses valeurs, ses principes, son horreur absolue pour le mensonge me l’ont rendu proche et je me suis presque attendrie devant lui. J’étais peinée pour lui lorsque Juliette dévoile sa vraie nature. Finalement, je l’ai compris dans ses actions, je l’ai trouvé tout simplement humain. 

En conclusion

Voilà un roman qui m’a beaucoup surprise. J’en redoutais la lecture, et je me suis finalement prise au jeu, sans voir les pages défiler. Il m’a fait passer un très bon moment, j’ai beaucoup apprécié cette histoire simple et pourtant pleine d’humour et de sensibilité, comme le précise le résumé. Ce sont les mots justes à poser sur le récit de Florent Oiseau. Un roman à découvrir !

La Parisienne

Publicités