Swimming Pool
Sarah Crossan

L’année dernière, Inséparables avait été un énormissime coup de coeur. Je crois que ça avait d’ailleurs été ma lecture préférée de toute l’année, et j’avais été saisie par l’émotion lors de ma rencontre avec l’auteure, tant son livre m’avait bouleversée. Je ne pouvais évidemment pas passer à côté de sa nouvelle parution. Merci aux éditions Rageot pour cette lecture.

Le résumé

Kasienka vient d’arriver en Angleterre avec sa mère. Elle qui n’a jamais connu que la Pologne fait sa rentrée dans un pays qui n’est pas le sien, avec des gens qu’elle ne connaît pas, dans une langue qu’elle maîtrise mal. Et le soir venu, de quartier en quartier, elle cherche son père, qui a quitté le domicile familial sans laisser d’adresse. Bref, ce pays est gris, humide, et parfois assez inhospitalier. Heureusement, il y a la piscine, il y a l’eau. Et dans l’équipe de natation, il y a William…

Mon avis

En ouvrant ce nouveau roman de Sarah Crossan, je crois que j’ai été très déstabilisée de retrouver la même forme narrative que pour Inséparables. C’est certes original, peut-être propre à l’auteure, mais je crois que je m’attendais à découvrir un roman plus « traditionnel », je crois que malgré moi j’avais envie que les vers libres reste une forme propre à Inséparables, que j’avais tant aimé. Comme un signe distinctif, sa particularité.

Encore une fois donc, nous avons affaire à un roman young adult très court, qui sera dévoré en deux heures à peine. J’aime lorsqu’une lecture va à l’essentiel, et Sarah Crossan m’a démontré une fois de plus qu’elle n’avait pas besoin de beaucoup de mots pour réussir à toucher son lecteur.

Ce nouveau roman nous parle de Kasienka, une jeune immigrée polonaise qui suit sa maman jusqu’en Angleterre pour partir à la recherche de son père. L’acclimatation est difficile pour Kasienka, que tout le monde appelle Cassie. Elle n’a pas beaucoup d’amis à l’école, à part un certain William qu’elle rencontre à la piscine.
Ce roman raconte non seulement l’histoire d’une immigration à l’âge ado, mais il balaye également bien d’autres sujets : le harcèlement scolaire, les différences culturelles, la pauvreté… et puis, il y a ce père que Kasienka et sa mère recherchent.

Sarah Crossan pose des mots justes sur la difficulté d’être une seule personne, de trouver son identité, de façonner sa personnalité alors qu’elle peut évoluer selon les gens que l’on côtoie, les amis avec qui l’on est. Elle montre bien que rien n’est facile pour Kasienka, tiraillée entre son envie de retrouver sa grand-mère et sa vie d’avant, et celle de s’adapter à son nouveau milieu. J’ai beaucoup aimé toutes ces thématiques abordées sans drama, sans larme superficielle, avec une bonne dose de sensibilité.

En conclusion

Même si je n’ai pas ressenti le même coup de coeur que pour Inséparables, Swimming Pool m’a permis de passer un moment de lecture agréable. J’aime ce genre de romans courts qui vont à l’essentiel, et qui montrent que quelques mots suffisent pour aborder avec justesse des sujets pourtant difficiles. Une bonne lecture parfaite pour de jeunes adolescents, mais aussi pour les plus grands.

La Parisienne

De la même auteure :
Inséparables

Publicités