J’étais là
Gayle Forman

J’ai reçu ce livre de la part de ma copine Lucie pour mon anniversaire l’année dernière. Je ne sais pas pourquoi, au moment de partir en vacances à St Malo la semaine dernière, ce livre m’a fait de l’oeil, et je l’ai embarquée sans même m’en rendre compte. Merci à toi Lucie pour cette lecture !

Le résumé

Cody a dix-huit ans. Elle n’a pas de père, mais une mère barmaid constamment en mini-jupe, et un avenir pas très rose depuis qu’elle a été recalée de la high school de Seattle qui aurait pu lui permettre de quitter enfin son « Shitburg » natal.
Mais tout empire le jour où Meg, sa meilleure amie, sa sœur de cœur, se suicide après avoir avalé une dose massive de poison dans un motel anonyme, non loin de la fameuse high school où elle, brillante boursière, avait été acceptée.
Lorsque les parents de Meg demandent à Cody d’aller récupérer les affaires de leur fille, celle-ci s’embarque pour Seattle, avec la ferme intention d’en savoir plus sur le geste de son amie.

Mon avis

Ce qui m’a attirée dans la thématique de ce roman, c’est le traitement du « post-suicide » chez les proches. Un suicide adolescent est toujours un acte loin d’être anodin, évidemment c’est quelque chose qui remue beaucoup. J’ai déjà lu quelques romans sur le sujet, et la série 13 reasons why est également là pour nous le rappeler. Là, la différence, c’est que l’héroïne n’est pas la personne qui se donne la mort, mais sa meilleure amie.
Tout le roman va tourner autour de la disparition de Meg, et pourtant les faits se déroulent après. Les événements sont centrés autour de la vie de Cody.

Pour ne pas tourner autour du pot, disons que je n’ai pas accroché à ce roman. J’ai trouvé que les sentiments de Cody face à la mort de sa meilleure amie (colère, incompréhension, culpabilité, tristesse, acceptation, etc) étaient bien vite mis de côté pour se focaliser sur une intrigue qui m’a parue totalement incompréhensible : la recherche du « responsable » de ce suicide.
Je n’ai nullement compris en quoi Cody blâmait la personne qu’elle tient responsable, j’ai trouvé toute cette quête assez vaine et creuse. J’ai bien compris que le but était davantage l’acceptation de la mort de Meg que la véritable chasse à l’assassin, mais quand même, j’ai eu l’impression que Cody me faisait perdre mon temps en perdant le sien.

Quant à la partie romance, j’ai encore une fois eu du mal à y adhérer. Est-ce moi qui suis trop « prude » pour imaginer que la personne dont Meg était amoureuse puisse avoir une histoire avec sa meilleure amie ? Je ne sais pas, tout ce que je sais, c’est que le sentiment « d’interdit » est assez vite balayé, que les incompréhensions et quiproquos entre eux sont vraiment bateaux, et que cette romance n’apportait rien de plus à l’histoire.

En conclusion

J’attendais beaucoup plus de cette lecture, que j’imaginais bouleversante, et qui m’a finalement laissé de marbre. Je trouve que les sujets de fond ont été délaissés au profit d’une intrigue bancale qui laisse de côté la profondeur et les sentiments de l’héroïne. Je n’ai pas plus accroché à la partie « enquête » du roman. Dommage, pour moi, c’est une déception.

La Parisienne

Publicités