Tout ce qui nous répare
Lori Nelson Spielman

J’avais tellement tellement aimé Demain est un autre jour lors de sa sortie que depuis, chaque roman de Lori Nelson Spielman est pour moi un événement que j’attends avec énormément d’impatience. Je remercie environ douze mille fois les éditions Le Cherche Midi de m’avoir permis de découvrir ce roman avec beaucoup d’avance sur sa sortie (prévue le 18 octobre).

Le résumé

Erika Blair a tout pour être heureuse : une carrière au sommet et deux filles magnifiques. Sa vie sombre brutalement lorsque l’aînée, Kristen, meurt dans un accident. Entre culpabilité dévorante et déni obstiné, Erika et sa fille cadette, Annie, s’éloignent peu à peu, chacune prisonnière de son propre chagrin. Erika reçoit un jour un mail anonyme :  » Chasse ce qui te pèse et cherche ce qui t’apaise.  » Elle reconnaît cette citation, tirée d’un cahier qu’elle a préparé avec amour pour ses filles, dans lequel elle a consigné les sages paroles de sa mère et de sa grand-mère. Qui peut bien lui avoir envoyé ce message et ceux qui suivront ? Des indices, semés entre les lignes, orientent Erika vers l’île de son enfance, Mackinac. Ce n’est qu’en remontant là-bas le fil de son passé torturé qu’elle pourra retrouver le chemin vers ses filles.

Mon avis

Beaucoup désigneront ce livre comme un « feel-good ». Si vous me suivez depuis quelques temps, vous savez que je préfère l’expression « feel-better », qui est plus juste à mes yeux : les personnages partent d’un drame pour apprendre à se reconstruire, et c’est exactement le cas ici comme dans chacun des précédents romans de Lori Nelson Spielman.

Dans ce roman, nous allons suivre deux personnages en particulier : Erika et Annie. Chacune est en phase de reconstruction après la disparition de Kristen, la fille d’Erika et la soeur d’Annie. Accepter la mort d’un proche est très difficile, et Erika et Annie vont chacune se voiler la face. Emmurées dans leur culpabilité, elles vont oublier de communiquer et s’emprisonner dans une incompréhension qui les emmènera jusqu’à Paris…
J’ai eu du mal à croire que l’on puisse ne pas se comprendre à ce point, j’avais tellement envie de secouer Erika et Annie pour leur demander de parler ! Puis je me suis interrogée : comment les choses se seraient-elles passées, dans ma famille ? Possiblement de la même façon… car parler de sa douleur, de ses sentiments, est un acte tellement intime que l’on oublie parfois de le faire avec ceux qui nous sont le plus proches.

Dans ce livre, les personnages ont oublié de se parler. Et ils se sont tout simplement oubliés en chemin. Erika est aveuglée par son travail et sa rancoeur vis-à-vis d’une ancienne collègue. Et surtout : elle se voile la face sur son passé pour ne pas accepter l’évidence. Le drame qui l’entoure va lui permettre de se recentrer sur ce compte vraiment. Annie est également très attachante, j’ai beaucoup aimé le lien qu’elle tisse avec Olive, cette petite fille blessée elle aussi par la vie.
J’ai aimé toutes les citations qui jalonnent le récit, elles sont certes pleines de bonnes intentions, mais parfois… ça fait tout simplement du bien, de lire ce genre de choses.

Et c’est ce que je retiens de ma lecture : je l’ai savourée car je l’ai lue au bon moment, j’ai apprécié chaque page et chaque moment de l’histoire. Ce petit suspense qui n’en était pas vraiment un (qui est Un Miracle ? Kristen est-elle en vie ? j’avais les réponses à ces questions dès le début de l’intrigue) m’ont permis de dévorer ce roman sans me lasser.
Il y avait peut-être un peu trop de bons sentiments autour de tout ça : la mort de Kristen, le handicap du fils de Molly, la maladie de la mère, le deuil d’Olive et Tom (je viens de me rendre compte de cette association de prénoms, c’est beaucoup trop drôle pour ne pas être souligné !)… Un peu moins de drame aurait peut-être davantage allégé le récit. On n’avait pas besoin de tout ça à mes yeux.

En conclusion

Cela faisait longtemps que j’attendais le retour de Lori Nelson Spielman, et je ne suis pas déçue ! Si Tout ce qui nous répare n’est pas un coup de coeur à la hauteur de Demain est un autre jour, ça n’en est pas moins une lecture que j’ai adorée et pleinement savourée. Une histoire de deuil, de reconstruction, et d’amour tout simplement. À découvrir !

La Parisienne

De la même auteure :
Demain est un autre jour
Un doux pardon

Publicités