Hortense
Jacques Expert

Je suis dans une phase où j’ai envie de me plonger dans des genres que je délaisse habituellement, notamment la littérature Young Adult. Mais pour faire une pause entre deux romans YA, j’ai décidé de découvrir un petit thriller qui sommeillait depuis longtemps dans ma PAL, et c’est sur Hortense que s’est porté mon choix. Merci à mon petit bigoudi Hélène qui m’a offert ce roman pour mon anniversaire il y a déjà un an et demi !

Le résumé

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »
2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu’elle le paraît ?

Mon avis

Autant vous le dire d’emblée : cette lecture est une grosse déception. Il y a des points positifs, que je vais m’empresser de souligner, mais ce sont malheureusement les points négatifs qui l’emportent et je ressors frustrée de cette lecture dont j’attendais beaucoup, au vu des avis que j’ai pu lire.
Ce roman s’enchaîne vite, j’ai aimé l’alternance dans la narration entre le point de vue de Sophie, celui d’Hortense, et les dépositions. On sent grâce à cela qu’un drame se profile, mais on ignore de quelle nature il sera. Plus l’on avance dans la lecture, et plus il devient imminent… Pourtant, à mesure que les pages restantes diminuaient, j’ai fini par m’impatienter. Et pour cause : le « dénouement » tient en deux paragraphes… !

Le dernier thriller que j’ai lu avait également pour sujet la disparition d’un enfant, il s’agissait de Je sais pas de Barbara Abel, et ce fut également une déception. Peut-être le signe du destin qui m’implore de ne pas m’acharner…
Ici, la temporalité est assez confuse, on enchaîne le présent et les retours dans le passé dans les mêmes chapitres. Je ne suis vraiment pas fan de ce mode de fonctionnement, je trouve que ça a tendance à beaucoup perdre le lecteur, on a parfois du mal à s’y retrouver.

Je n’ai pas particulièrement accroché aux personnages principaux, Sophie et Hortense ont toutes les deux leurs défauts. Sophie apparaît comme très ferme dans son éducation, elle punissait sa petite fille de manière absolument horrible, et en vieillissant elle devient une vieille femme terne et presque sans intérêt. Quant à Hortense… sa panique finale pour son père m’a paru démesurée (quoique justifiée). Je ne me suis pas particulièrement attachée à elle non plus.

Cette fin a, je vous l’accorde, quelque chose de glaçant, surtout lorsque l’on sait qu’il s’agit d’une histoire vraie. Mais beaucoup trop d’éléments restent en suspens à la suite de ce dénouement. Attention, spoilers à partir de cette phrase : comment Sophie s’est-elle attachée toute seule sur cette chaise ce fameux jour ? Comment explique-t-on les souvenirs qui reviennent subitement à Emmanuelle ? Pourquoi Sophie a-t-elle reconnu Sylvain et Isabelle, alors que ce n’étaient manifestement pas eux ? Tout ça n’est vraiment pas cohérent. Fin des spoilers.
Et surtout, le pire dans tout ça, c’est que ce dénouement tient sur deux paragraphes ! Vraiment ? Pour un dénouement que je m’étais imaginée dès le début de ma lecture, quelle déception ! Non, vraiment, ce final n’est pas du tout à la hauteur de mes attentes.

En conclusion

Je n’aime pas refermer un thriller après avoir lu une fin que j’avais imaginée dès le départ. C’est pourtant ce qui s’est passé avec Hortense, un roman qui pour moi n’a absolument pas tenu ses promesses. Grosse déception pour ce thriller psychologique qui nous tient en haleine pour nous livrer un dénouement plutôt courant dans le genre et surtout très bref et incohérent avec le reste du récit. Une mauvaise pioche en ce qui me concerne.

La Parisienne

Publicités