Et soudain, la liberté
Evelyne Pisier & Caroline Laurent

Je suis ravie de vous présenter aujourd’hui la lecture du club de lectures féministes du mois de mars, qui a été sélectionnée sur les recommandations de plusieurs membres. Je remercie les éditions les Escales pour cette découverte.

Le résumé

Evelyne Pisier voulait raconter l’histoire de sa mère, et à travers elle, la sienne. Une histoire fascinante couvrant soixante ans de vie politique, de combats, d’amour et de drames – le portrait d’une certaine France aussi, celle des colonies et de la contestation, du patriarcat et du féminisme. Nous étions d’accord : il fallait en faire un roman.
Un roman qui, de l’Indochine en guerre à la Nouvelle-Calédonie des années cinquante, de la révolution cubaine à mai 68, conte les destinées de deux femmes éprises de liberté. Deux héroïnes modernes et indépendantes, révélées à elles-mêmes par le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir.
Tout aurait pu s’arrêter un jeudi de février, à la mort d’Evelyne. Elle avait tissé la trame du livre. Il restait à le mettre en forme.
J’étais son éditrice. Son amie. Elle m’avait confié ses rêves et ses souvenirs.
J’ai terminé le livre.
C.L.

Mon avis

En voilà un roman étonnant à côté duquel je serais probablement passée sans l’existence du Club de lectures féministes et les recommandations de ses membres ! Je n’ai jamais été très attirée par les (auto)biographies, j’ignore pourquoi mais la vie de personnes réelles me semble bien moins passionnantes que la vie de personnages fictionnels. Voici un roman qui me fera mentir, car la vie d’Evelyne Pisier a tout pour faire un bon livre, la preuve !

Ce roman est né, d’après ce que j’en ai compris, de la volonté de l’auteure de rendre hommage à sa mère. Mais à travers le personnage de Mona, c’est Lucie (alias Evelyne) qui nous raconte sa propre histoire, et quel destin ! J’avoue que j’étais loin de me douter de tout ce dont il regorgeait, et pourtant quelques recherches sur Google m’ont permis de rattraper ce retard.
Dans ce roman, car c’est bien d’un roman qu’il s’agit, il est question d’avortement, de liberté, de politique, de féminisme. C’est une lecture riche, dense, qui nous entraîne en Indochine jusqu’à Cuba, en passant bien évidemment par la France.

Si j’ai aimé découvrir la vie de Mona et Lucie, j’ai en revanche moins apprécié les incursions de l’éditrice derrière tout cela. Bien sûr, ce livre méritait une explication, puisqu’Evelyne Pisier est malheureusement décédée au cours du processus d’édition de son manuscrit. Cependant, j’aurais préféré une simple note d’éditeur en fin de roman plutôt que des interventions après quasiment chaque chapitre qui coupaient le rythme de ma lecture. Bien évidemment, cet avis n’engage que moi !

Ce roman fut une belle lecture, mais pas un coup de coeur pour autant. Je crois que j’en attendais bien plus encore. Je l’ai lu avec un regard objectif et une prise de recul qui a empêché l’émotion de percer. Ca n’en demeure pas moins un roman que je vous conseille, car le destin de cette femme mérite d’être lu.

En conclusion

J’ai été agréablement surprise par ce roman qui traînait dans ma PAL et qui, contre toute attente, fut une bonne lecture. Je suis heureuse d’avoir découvert le destin hors norme d’Evelyne Pisier, une femme remarquable dont je n’avais pourtant jamais entendu parler. Les femmes sont bien trop souvent les premières oubliées de l’histoire, et j’aimerais qu’Evelyne Pisier fasse mentir cet adage..

La Parisienne