20366454Django Unchained
Ma note : 15/20

Je ne suis pas très adepte des westerns de manière générale. Mais les critiques de Django Unchained qui me sont parvenues étaient plutôt bonnes, et le challenge Oscars et Césars m’a motivée à le visionner…

Mon résumé

Django est un homme noir vivant au XIXème siècle. Autrement dit, c’est un esclave lorsque s’ouvre ce film, en pleine nuit, juste avant que sa route ne croise celle du dentiste Schultz, nouvellement chasseur de primes. Mais heureusement pour lui, il ne le restera pas longtemps : en échange de son aide, Schultz fait de lui un homme libre…

Mon avis

Avant toute chose, je tiens à saluer le casting absolument exemplaire de ce film, qui contribue largement à sa réussite. Peu de personnages, mais quels personnages ! On y retrouve Leonardo Di Caprio, l’un de mes acteurs préférés. Mais j’ai été également surprise d’y découvrir Samuel L. Jackson, totalement incroyable et terriblement drôle (même s’il n’est pas censé l’être ! Fixez les mimiques de son visage, et son jeu d’acteur : vous en mourrez de rire).

cb625fb583361ee90918dcf5cc222dc5_large

Ceci étant dit, je tiens à préciser que Django était le premier Tarantino que je regardais. Si sa représentation du sang ne m’a clairement pas séduite, j’ai en revanche beaucoup apprécié sa façon de faire monter la tension jusqu’à l’explosion, au moment où l’on ne l’attend pas… ou plus ! Preuve en est de la scène du dîner, quasi finale, qui confronte Django et Calvin Candie.

J’ai beaucoup aimé les retournements de situation mis en avant dans le scénario. Et coeur sur la musique d’ouverture, absolument magique, qui parvient à condenser à elle seule toute l’atmosphère du film ! Manque tout de même un approfondissement sur la condition des esclaves noirs dans cette Amérique pré-guerre de Sécession. Petit bémol également pour la fin totalement abracadabrante, apparemment propre au style du célèbre réalisateur. Mouais… très peu pour moi.

En conclusion

N’étant pas une fan de western, j’ai été agréablement surprise par ce visionnage « forcé » motivé par le challenge Oscars et Césars :). Une bonne découverte !

La Parisienne

Publicités