168977.

The Giver,
Ma note : 13/20

Ennui du dimanche rime souvent avec film sur VOD, par chez moi. Aussi, curieuse de découvrir The Giver dont j’avais beaucoup entendu parler, je me suis laissée convaincre par ce choix.

Mon résumé

Dans un monde futuriste où les émotions ont disparu, Jonas doit trouver sa place lors d’une cérémonie. C’est la société qui lui imposera le rang et le métier qui seront les siens jusqu’à la fin de ses jours. Et c’est un rôle non dénué d’importance qu’il se voit attribué : il sera Passeur, détenteur de la mémoire collective…

Mon avis

Très intrigant film que celui-ci, qui s’ouvre sur des images en noir et blanc, au sein d’un monde assez effrayant, aseptisé de toute émotion. Sans sentiment, les hommes sont presque dénués d’humanité.

184669.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxEn tête d’affiche, je me dois de citer Meryl Streep, encore incroyable dans ce rôle. Elle incarne la chef de cette société, celle qui offre son rôle à Jonas, qui connaît les secrets de l’histoire, qui contrôle et détient le pouvoir.
J’ai également beaucoup aimé découvrir Katie Holmes. C’est une actrice que j’apprécie énormément, que je trouve très belle et très élégante. Sa requête de « précision du langage » me hantera pour longtemps ! Elle interprète son personnage avec une facilité plutôt déconcertante, c’en est déroutant. Tout comme la petite soeur de Jonas, une fillette vraiment douée !

Les problématiques portées par le film m’ont paru légitimes mais très mal exploitées. Bien qu’ayant compris la démarche de Jonas, je n’ai pas réussi à le suivre dans son engagement. Je suis probablement un peu passée à côté de l’intrigue, sans vraiment parvenir à entrer dans l’histoire. C’est vraiment dommage.
D’ailleurs, ce n’est pas un film qui m’a profondément marquée, comme en témoigne cette critique, rédigée plus de deux semaines après mon visionnage : peu d’arguments à avancer pour justifier mon impression mitigée…

081886.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

En conclusion

Un film qui ne m’a pas entièrement convaincue, mais qui se laisse plutôt facilement regarder. Je visionnerai la suite sans trop en attendre.

La Parisienne

Publicités