forget tomorrow

Forget Tomorrow,
Pintip Dunn

Qui n’a pas entendu parler de Forget Tomorrow sur la blogosphère ? C’est à coup sûr LA dystopie du moment, publiée aux éditions Lumen, qui avait attiré mon attention. Quelques mois après sa sortie, je l’ai à mon tour découvert. Bilan ? 

Le résumé

Imaginez un monde où votre avenir a déjà été fixé… par votre futur moi !
Callie vient d’avoir dix-sept ans et, comme tous ses camarades de classe, attend avec impatience le précieux « souvenir », envoyé par son moi futur, qui l’aidera à se glisser dans la peau de la femme qu’elle est destinée à devenir. Athlète de haut niveau… Scientifique de renom… Politique de premier plan… Ou, dans le cas de Callie, tueuse.
Car dans son rêve, elle se voit assassiner Jessa, sa jeune sœur adorée… qu’elle passe pourtant ses journées à protéger des autorités, car l’enfant a le pouvoir caché de prédire l’avenir proche ! Avant même de comprendre ce qui lui arrive, Callie est arrêtée et internée dans les Limbes – une prison réservée à tous ceux qui sont destinés à enfreindre la loi. Avec l’aide inattendue de Logan, un vieil ami qui a cessé, cinq ans auparavant, de lui parler du jour au lendemain, elle va tenter de déclencher une série d’événements capables d’altérer son destin.
Lorsque l’avenir semble tout tracé, le combat est-il perdu d’avance ? Dans la veine de Minority Report, Forget Tomorrow est le premier tome d’une dystopie haletante, dont l’héroïne va devoir trouver un moyen infaillible de protéger sa sœur de la plus grande des menaces : elle-même…

Mon avis

A la croisée des genres, entre Minority Report et Divergente, Forget Tomorrow est LA dystopie qui a fait parler d’elle récemment. J’étais plus qu’impatiente de la découvrir, alors imaginez ma joie lorsque je l’ai gagnée en concours ! Pourtant, une fois le mouvement passé, j’ai préféré attendre avant de m’y plonger. Quand un roman fait trop de bruit, je préfère souvent me laisser du temps pour découvrir le phénomène. 

L’idée de départ de Forget Tomorrow est saisissante. Un souvenir envoyé du futur que Callie doit déjouer. Une course contre la montre. Des questions sans réponse, qui évidemment reposent sur elle… Voilà où j’en étais en commençant ma lecture : de grosses attentes. Et si ce fut une bonne lecture, avec un univers et des personnages convaincants, il y a quand même quelques petites choses qui n’en font pas un coup de coeur absolu.

Tout d’abord, les dystopies contiennent toujours une grosse part de risque : on instaure un nouvel univers, un futur, il faut en poser les bases et directement entrer dans l’histoire. Il faut donc une plume efficace et un monde qui tienne suffisamment la route pour que l’on passe le cap des premières pages sans difficulté. Première étape réussie pour Forget Tomorrow.
Callie est une adolescente comme les autres, qui attend son souvenir avec impatience. Et dès que le souvenir en question est délivré, c’est une course contre la montre qui se déchaîne.

J’ai trouvé la façon de distiller les informations très habile. On en découvre suffisamment, au fur et à mesure de la lecture, pour s’accrocher et se plonger en apnée dans le récit, sans réussir à remonter à la surface. Toutefois, il y a eu un long moment de flottement au milieu du roman qui nuance un peu mon avis… Lors de la visite de Callie à Harmony, la romance prend une place beaucoup trop importante et rompt totalement le rythme du récit. Je me suis clairement ennuyée dans ces passages répétitifs qui alourdissent l’intrigue et n’apportent rien du tout. Je me serais d’ailleurs pour ma part totalement passée de cette histoire autour de Logan. Il est certes un élément clé pour le bon déroulement de la diégèse, mais l’idylle est surfaite et absolument pas indispensable.

Je suis passée de surprise en surprise avec ce roman. J’ai beaucoup aimé ce mystère autour de l’envoi des souvenirs, les révélations sur Harmony et surtout, sur Jessa. Et ce dénouement, dans la lignée là encore de Divergente, était une bonne solution ! Je pense que ce tome pourrait se suffire à lui-même, mais malheureusement il doit être écrit quelque part dans le guide d’écriture d’une bonne dystopie que ce genre se décline automatiquement en trilogie… Ce qui m’effraie toujours, car si le premier tome me plaît, les deux autres sont toujours des déceptions qui tournent inévitablement autour du combat politique. Déjà-vu…

En conclusion

Le monde déployé autour de Forget Tomorrow est bien mené, crédible, et happant. Une fois plongée dans l’univers, je n’ai pas pu en ressortir avant d’obtenir les réponses à mes questions. J’ai beaucoup aimé l’intrigue de cette dystopie et son dénouement, malgré un rythme qui ralentit en raison d’une romance assez inutile à mes yeux. La suite est loin d’être nécessaire pour moi (j’aime toujours que certaines questions restent sans réponse), mais je la lirai malgré tout…

Notation 6 Je recommande

La Parisienne

Publicités