Rien de grave,
Justine Lévy

Rien de grave. Quel beau titre, non ? J’avais échappé au bruit de la parution de ce roman, en 2004 (j’étais probablement trop jeune d’ailleurs pour m’y intéresser). C’est mon amie Pretty Books qui m’a recommandé cette lecture, pour faire écho à une période que je traverse actuellement. Et je la remercie pour ce conseil, puisque j’ai adoré ce récit.

Le résumé

« Tu t’attendais à quoi ? je lui ai dit. Tu crois que ça va être facile de me quitter ? Tu crois que je vais te laisser faire comme ça ? » J’ai lancé le cadre par terre, le verre s’est brisé mais comme c’était pas assez j’ai bondi du lit et j’ai déchiré la photo, celle qu’il prétendait tant aimer, la photo de nous deux en mariés, beaux et légèrement ridicules, il y avait tant de monde qu’on ne connaissait pas à notre mariage qu’on est partis avant la fin. Il a eu l’air triste, plus de la photo déchirée que du fait de me quitter. Il a toujours été fou avec les photos. Parfois je me disais qu’il n’aimait les choses de la vie que pour les voir un jour en photo. Moi c’est le contraire, rien ne me fait plus peur qu’une photo de bonheur avec toute la quantité de malheur qu’elle promet, qu’elle contient, mais sans le dire, en cachant bien son jeu. Je ne savais pas encore que c’était la meilleure chose qui puisse m’arriver, qu’il me quitte. Comment j’aurais pu le savoir ? Il était toute ma vie, sans lui je n’existais pas.

Mon avis

Les mots du résumé de ce roman sont saisissants. Pleins de vérité, ils sonnent terriblement justes, particulièrement lorsque l’on traverse une période de rupture. Je crois que nous avons tous plus ou moins connu cette période à un moment donné de notre vie, et ce livre est parfait pour nous aider à analyser nos sentiments, à se sentir moins seuls, à prendre appui et se détacher de la réalité que l’on traverse.
Une rupture, c’est un moment un peu singulier. On se croit seul au monde, et même si tout le monde autour de vous est déjà passé par là, on pense que personne ne nous comprend vraiment. Il est à vrai dire très difficile de faire coïncider notre ressenti en adéquation avec celui des autres, et même si notre entourage s’efforce de nous consoler… le cheminement s’effectue seul.

Ce livre, je l’ai vécu comme une sorte de thérapie à laquelle Justine se livre de son plein gré, mais également une thérapie pour moi, lectrice, qui avais besoin de ces mots pour ne plus me sentir si seule. Justine Lévy met le doigt là où ça fait mal, et à travers son vécu, elle raconte, elle témoigne, elle explique, elle rationnalise.
Car oui, parfois dans notre vie il y a un autre, et quand cet autre s’en va, ce n’est pas notre vie entière qui s’écroule, même si c’est ce que l’on a tendance à croire au départ. Au final, personne ne nous est indispensable, et nous ne vivons que pour nous. Grâce à cette rupture, c’est à un être toxique que Justine dit adieu, elle fait le deuil non seulement d’une relation, mais également de tous les efforts auxquels elle se soumettait pour tenter d’atteindre le niveau de perfection qu’elle s’imposait à elle-même. Plus qu’une rupture, c’est une libération.

J’ai aimé Justine de tout mon coeur, j’ai aimé ce récit, j’ai aimé son histoire, et plus que tout j’ai aimé sa plume. Une plume déroutante, une écriture longue à travers des phrases très hachées, très découpées. Mais des mots qui sonnent tellement vrais et dans lesquels je me suis tant reconnue.

Il est difficile de prendre du recul lorsque nous traversons une période difficile. Dans ce roman, Justine met plusieurs moments de sa vie en perspective : l’annonce de la maladie de sa mère, son divorce, sa propre addiction aux amphétamines. C’est une introspection difficile mais que j’ai ressentie nécessaire, et que je comprends.
Souvent, je me dis que si je devais écrire un jour, je ne pourrais pas dissocier mon écriture de mon vécu. Et c’est un trait que j’ai retrouvé dans ce roman de Justine Lévy.

En conclusion

Rien de grave est un roman que j’ai adoré. Il fait écho à une période de ma vie que je partage très certainement avec nombre d’entre vous : celle de la rupture, du deuil d’une relation. Voilà un beau roman d’apprentissage porteur d’espoir sur ce que porte la vie en elle. Merci Justine pour cette lecture que je ne suis pas prête d’oublier.

Notation 7 Inoubliable

La Parisienne

Publicités