les-larmes-de-cassidy

Les Larmes de Cassidy,
Amy Wane

Sortons les mouchoirs. Ca y est, c’est officiel. Avec cette lecture s’achève mon mandat de Lectrice Charleston, et c’est avec beaucoup de tristesse que je cède mon titre. Évidemment, ce fut une année riche en lectures, en découvertes et en rencontres. Alors, ça fait toujours un petit pincement au coeur de se dire que je n’aurai plus l’occasion de découvrir de nouveaux manuscrits en avant-première. Je suis ravie de céder le flambeau à de nombreuses copinautes ! Encore merci aux éditions Charleston, et tout particulièrement à ma chère Elise, pour cette expérience extraordinaire dont je suis très fière d’avoir fait partie !

Le résumé

Paris, 1935. Matthew Alban-Wilson est un jeune et brillant docteur et exerce dans un hôpital parisien. Il s’intéresse tout particulièrement à une patiente dans le coma, arrivée sept ans plus tôt. Lorsque celle qu’il a prénommée Blanche se réveille miraculeusement, le docteur ne peut réfréner sa curiosité. Inspiré par les travaux de sa mère, écrivaine, et de sa grand-mère, psychiatre, Matthew demande à Blanche de lui raconter son histoire. La jeune femme est en réalité Cassidy McMurray, une aristocrate irlandaise. De Clifden à Paris en passant par l’Inde, les mots de Cassidy et la plume de Matthew retracent l’histoire d’une fille de l’Eire, l’histoire d’une femme du XXe siècle. Retrouvera-t-elle sa vie d’avant ?

Mon avis

Ouvrir un manuscrit lorsqu’on est Lectrice Charleston, c’est toujours une source d’excitation teintée d’un petit soupçon d’anxiété : que va-t-on découvrir ? dans quelle période historique allons-nous être plongés ? allons-nous accrocher ou non ? est-ce que ce manuscrit sera un coup de foudre, comme j’en ai connu quelques uns avec cette maison que j’aime tant ?
Parfois, il y a de merveilleuses, de sublimes surprises. Et parfois, ce sont des petites déceptions, et c’est bien normal car on ne peut pas tout aimer. C’est ce qui donne du relief à nos avis, c’est ce qui nous rend authentiques et c’est, j’imagine, ce qui fait notre force. Car ce qui ne plaît pas à l’une peut tout à faire convenir à l’autre.

Bon, en l’occurrence… je suis désolée d’avance de dire ça, mais je n’ai pas accroché à cette dernière lecture Charleston. Le point de départ de l’histoire m’a plutôt accrochée, et j’étais lancée dans de bonnes conditions pour découvrir ce récit. Malheureusement, au fil du temps, mon attention a faibli et je me suis très rapidement lassée.

Pour la première moitié du roman, j’ai trouvé toute l’intrigue beaucoup trop rapidement menée, tous les épisodes s’enchaînent sans qu’aucun des drames ne se démarque vraiment. Les douze premières années de la vie de Cassidy passent en une cinquantaine de pages à peine, alors que des événements profondément marquants se produisent. Le rythme m’a semblé un peu trop soutenu, et l’alternance des époques n’était pour moi pas claire du tout, ni même vraiment utile. Tout se concentre de toute façon sur le passé de Cassidy.
Je n’ai de ce fait pas réussi à éprouver de l’empathie pour ces personnages qui voient leur vie défiler à vitesse grand V. C’est dommage, car la palette de personnages est très travaillée dans le caractère et la psychologie. J’ai aimé que les choix amoureux de Cassidy ne soient pas aussi évidents, j’ai aimé les nuances dans les comportements de ses amants. 

Autre chose qui m’a grandement agacée : les multiples prénoms de Cassidy, on en dénombre pas moins de quatre à un moment donné. Difficile de s’y retrouver, d’autant que l’auteure déploie un très large panel de personnages. Je pense qu’une description aussi détaillée n’était pas forcément nécessaire, et qu’il aurait fallu selon moi raccourcir ou couper certains passages pour prioriser les protagonistes de l’histoire.

Tout n’est pas si noir dans le tableau que je dresse de ce roman, je m’excuse d’avance de m’être autant concentrée sur les points qui ont gêné ma lecture. Car le travail historique m’a vraiment impressionnée dans l’écriture de l’auteure. On sent Amy Wane très investie dans ses recherches, et l’on voit qu’elle sait très bien de quoi elle parle ! Le sens du détail est très poussé.
J’ai de même beaucoup aimé l’écriture de l’auteure que j’ai trouvée très belle et développée, le vocabulaire large correspond assez bien à la période évoquée et les niveaux de langue des personnages sont très bien respectés. C’est quelque chose d’assez plaisant que de lire un récit dont l’auteure maîtrise aussi bien les codes.

Dernière chose : indulgence et félicitations sont de rigueur lorsque l’on sait que ce roman fut initialement publié sur Wattpad !

En conclusion

Je n’ai malheureusement pas accroché à ce récit, que j’ai trouvé trop long et dont le rythme confus m’a tour à tour agacée puis ennuyée. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, alors même que Cassidy avait tout pour me séduire. Je garde cependant en mémoire le large travail de recherches de l’auteur, ainsi que la plume bien adaptée à la trame du récit.

Notation 3 A ranger dans la biblio

La Parisienne

LC 2016

Publicités