La Princesse de papier
Erin Watt

La Princesse de papier est l’une des parutions de ce début d’année qui me donnait le plus envie. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu de romance, et il était temps pour moi de m’y remettre. D’autant que ce roman est co-écrit par une auteure que j’aime beaucoup, j’ai nommé… Elle Kennedy !

Le résumé

Ella Harper est une battante, une éternelle optimiste. Elle a passé sa vie à déménager de ville en ville pour suivre sa mère, à avoir des fins de mois difficiles et à penser qu’un jour elles allaient s’en sortir. Mais quand sa mère meurt, elle se retrouve seule au monde…
Jusqu’au jour où Callum Royal apparaît dans sa vie. Finis la galère et le club de strip-tease pour payer ses études. La voilà dans le grandiose manoir des Royal. De l’argent, du luxe du confort… Et… les cinq fils de Callum.
Tous la détestent, tous sont désespérément attirants. Le plus charismatique d’entre eux, Reed Royal, est celui qui est le plus déterminé à la renvoyer là où il pense qu’est sa place, dans un monde de dénuement qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Il ne veut pas d’elle dans sa vie. Il ne veut pas lui faire une place dans le petit monde huppé des Royal.
Et s’il avait raison ?
Argent, excès, tromperies, faux-semblants. Tout un univers qu’Ella découvre avec stupeur. Si elle veut survivre dans le royaume des Royal, il va falloir qu’elle apprenne à édicter ses propres règles royales.

Mon avis

Il faut que je vous clame mon amour pour ce livre tout de suite : je tiens mon premier coup de coeur de l’année ! Je l’ai littéralement dévoré, une après-midi de lecture m’aura suffi, et je n’ai pas pu le lâcher avant de le finir à plus de minuit (chose qui ne m’était pas arrivée depuis bien longtemps). Et même après l’avoir fini, ce roman et ses personnages m’ont tenue éveillée une bonne partie de la nuit, je n’arrêtais pas de ressasser les événements que je venais de lire, et ma chronique était en train de s’écrire toute seule dans ma tête.

Je suis complètement tombée amoureuse de ce livre, et cela est bien évidemment dû à plusieurs facteurs. Déjà, il y a les personnages. Ella est l’incarnation même de l’héroïne de romance que j’adore : c’est une femme forte, qui en a certes bavé auparavant dans sa vie mais qui ne se laisse pas abattre pour autant. Elle a de la répartie, et un objectif clair qui n’est pas forcément de tomber amoureuse, d’ailleurs elle ne compte pas laisser un mec la distraire. Cela donne lieu à des scènes de joutes verbales assez impressionnantes. D’autant qu’Ella et les Royal ne sont absolument pas issus du même milieu…
Et puis donc, BIEN SÛR, il y a les Royal. À commencer, dans ce tome, par Reed et Easton ! Difficile de dire lequel des deux j’ai préférés (quoique la fin me fait pencher pour Easton, même si je me doute que ce cliffhanger de malade va être éclairci par la suite). Dans ce tome, les jumeaux sont assez effacés mais j’ai bon espoir de les retrouver avec la suite. Et je n’oublie pas la large galerie de personnages secondaires que j’ai tous adorés : Valérie, Savannah, et même Brooke (il faut bien en détester quelques uns).

Deuxième chose appréciable : la psychologie des personnages, que j’ai trouvée très travaillée et fournie. Ella est intuitive, elle comprend les rapports de force qui régissent la famille Royal et les utilise à son avantage. Elle voit vite qui tire les ficelles, elle comprend les intentions de chacun et réagit en conséquence. Bon, cela ne l’empêchera pas de commettre deux ou trois erreurs de taille dans son parcours, notamment avec Daniel (on le sentait venir) et Reed (idem).

J’ai également beaucoup aimé les rebondissements qui rythment la lecture. Ils sont nombreux, pas tous aussi renversants les uns que les autres, mais il y a une hiérarchie dans les surprises qui atteignent leur climax avec… la fin ! Est-ce qu’on en parle, de cette fin de malade ? C’est une fin qui donne tout simplement envie de se jeter sur le tome 2, quelle frustration de devoir attendre pour découvrir la suite ! 
Même après avoir terminé ma lecture, il me reste tellement de questions, il y a encore tant de points à éclaircir ! Le suspense est vraiment à son comble et je me demande bien quels secrets cachent les frères Royal, et pourquoi ils semblent aussi destructeurs partout où ils passent.

En conclusion

La Princesse de papier vient de se hisser au rang de mes romances préférées, atteignant l’indétrônable série Off Campus. J’ai tout simplement adoré cette histoire du début à la fin, je n’arrivais pas à m’arrêter de lire tellement j’avais envie de découvrir la suite. Le duo Erin Watt nous tient en haleine jusqu’au dernier chapitre, qui est une véritable torture tellement le cliffhanger amorce une suite explosive. Un roman qui réunit tous les éléments que j’aime le plus dans une romance : une héroïne forte, de l’action, des rebondissements, et du suspense. Vous l’aurez compris, je vous recommande cette lecture à 100% !

La Parisienne

Publicités