la-liste-de-noel-548414La Liste de Noël,
Jojo Moyes
Ma note : 16/20

Jojo Moyes est une auteure dont j’ai beaucoup entendu parler, et que je suis impatiente de découvrir dans ses romans. En guise d’aperçu, je me suis lancée dans sa nouvelle que beaucoup d’entre vous ont lue, disponible gratuitement sur Amazon (merci SorbetKiwi !). Je n’avais pas prévu de l’intégrer au Challenge 1 mois = 1 consigne, mais comme j’adore le genre de la nouvelle (même si je n’en lis pas suffisamment), je suis ravie de l’inclure dans la consigne du mois !

Mon résumé

A deux jours de Noël, Chrissie court les magasins pour acheter LE parfum introuvable qui satisfera sa belle-mère. Désespérée de ne pas le dénicher, elle monte dans un taxi, dont le chauffeur pourrait bien bouleverser sa triste vie.

Mon avis

Avant toute chose, je trouve la couverture absolument magnifique. Et c’est une caractéristique des romans de Jojo Moyes, et dont son éditeur peut se vanter. Les couvertures de ses ouvrages sont toujours très bien choisies, et c’est ce qui m’attire de manière générale vers cette auteure.

La Liste de Noël est une très courte nouvelle, qui se lit vraiment très vite, d’une traite, en moins de dix minutes. Malgré la rapidité de l’intrigue, je trouve que l’on cerne très bien d’emblée les personnages qui nous sont présentés. Chrissie, la jeune femme qui ne s’épanouit pas dans sa vie, subissant son existence sans en être actrice… Sa rencontre avec un chauffeur de taxi va lui faire prendre conscience de son mal-être et la pousser à commettre une petite folie qui lui coûtera probablement son mariage, elle en est consciente, mais qu’importe.

Evidemment, tout se déroule très vite. C’est presque impressionnant de voir quelqu’un balayer plusieurs années de sa vie en si peu de temps. Mais en même temps, c’est le jeu dans la nouvelle. On s’y attend, cela fait partie du pacte de lecture.
Les relations de Chrissie avec son mari et sa belle-famille nous sont montrées rapidement mais ce que l’on lit nous suffit à comprendre la souffrance de Chrissie, et à dépeindre sous un jour détestable ces gens qui lui sont toxiques.

Cependant, j’aurais préféré que l’auteure apporte quelques nuances. Dans la réalité, la vie n’est jamais blanche ou noire. Les personnages ici sont légèrement caricaturés : les bons d’un côté, les odieux de l’autre. C’est un peu facile. Mais encore une fois, c’est probablement lié au genre qu’est la nouvelle.

En conclusion

Une jolie lecture qui met du baume au coeur, même si un peu rapide et prévisible… Une chose est sûre en tout cas : je viendrai vous reparler de Jojo Moyes un jour ou l’autre !

La Parisienne

Publicités