IMG_2474Et je danse, aussi
Anne-Laure Bondoux,
Jean-Claude Mourlevat
Ma note : 14,5/20

Babelio est vraiment un site plein de surprises, et auquel j’adore rendre visite, pour la simple et bonne raison que j’y découvre toujours quelque chose. Cette fois-ci, c’est Et je danse aussi, une fraîche publication de Fleuve Editions, que l’on pouvait remporter grâce à un concours qui nous permettait également de rencontrer ses auteurs. Quelle joie ! Un grand merci !

Mon résumé

Le jour où Pierre-Marie Sotto, écrivain de renom ayant reçu le Goncourt en 2005, reçoit un colis volumineux, il adresse un mail à sa destinataire afin de le lui retourner. Mais pourtant, Adeline Parmelan, expéditrice du dit colis, ne prétend pas envoyer un manuscrit à Pierre-Marie, mais bien un colis qui pourrait changer sa vie et répondre aux questions demeurées en suspens… Ouvrir ou ne pas ouvrir cette enveloppe ?

Mon avis

Vous venez de le constater : je me suis mise aux notes « et demie ». C’est dire comme j’hésitais en évaluant ce roman !
Un mot sur la couverture et le titre, qui ont fait débat lors de la rencontre avec les auteurs, comme je ne tarderai pas à vous en parler. La couverture m’a entièrement plu : c’est typiquement le genre de livre sur lequel je me serais retournée en librairie (et je choisis presque uniquement sur un critère de « beauté », avant de m’aventurer au résumé de 4ème de couverture). Je trouve qu’elle retrace à merveille les échanges des personnages, avec des éléments futiles et quotidiens. J’ai également aimé le titre : rien que le mot « danse », ça me suffit ! Et je trouve, là aussi, qu’il correspond bien au contenu du roman.

Il m’est difficile de vous dire ce que j’ai pensé de cette lecture, tant je suis passée par plusieurs émotions. Tout d’abord, il y a la première partie, fraîche, légère, divertissante. C’est la partie du roman qui m’a le plus séduite, je l’ai trouvée drôle et amusante. Cependant, la seconde partie se veut plus lente, plus dramatique, plus lourde, moins… moins. Et là, j’ai moins adhéré.

Etrange expérience que celle d’un roman à quatre mains ! Pour ce faire, la forme épistolaire est bien adaptée, même si nous avons la surprise de découvrir plus de deux personnages. Pourtant, malgré la dualité des auteurs, j’ai trouvé que les courriers échangés étaient écrits sur le même ton, dans une quasi uniformité de plume. J’aurais été moins surprise d’apprendre qu’il n’y avait qu’un auteur, que de savoir qu’il y en a deux ! 
Certes, nos personnages ont l’humour en commun, et c’est d’ailleurs ce qui m’a tant plu. Mais j’aurais aimé leur trouver de grandes différences également. C’est presque dommage, car cela m’a donné une impression de linéarité dans l’intrigue.

Les révélations qui interviennent au fil des lettres pèsent sur l’ambiance du roman, ce que j’ai également regretté. La révélation de l’enveloppe est surprenante, tout comme les dernières lettres d’Adeline… mais néanmoins prévisible. Quant à la fin… j’ai bien aimé, cette fin en suspens, sans réellement savoir ce qui se passera. Cela laisse tout le loisir au lecteur de s’imaginer ce qu’il souhaite. Fin de la fiction, début de la réalité, pour les personnages comme pour les lecteurs !
Néanmoins, j’ai vraiment aimé l’humour, le ton, les sujets abordés. Cette correspondance m’a parfois troublée par son manque d’ancrage dans la réalité, justement, mais m’a tout de même bien fait rire par ses banalités quotidiennes. Paradoxal, non ?

En conclusion

Après avoir fini Et je danse, aussi, je garde une bonne impression de ma lecture : légère, divertissante. Cependant, j’ai regretté que se perde cette innocence dans une seconde partie plus dramatique. Un roman épistolaire qui pourra en étonner plus d’un, que je recommande pour la découverte !

_____________

Et je danse aussi

Je ne suis pas sortie de la rencontre avec les deux auteurs de Et je danse, aussi (dont je vous parlerai bientôt) les mains vides ! J’ai bien entendu pensé à vous : Fleuve Editions et le blog vous offrent ainsi la possibilité de remporter deux exemplaires des épreuves non-corrigées de l’ouvrage !!

Pour participer, rien de plus simple. Il vous suffit de :
– Aimer la page Facebook et/ou suivre le compte Twitter du blog
– Aimer la page Facebook de Fleuve Editions
– Laisser un commentaire ci-dessous mentionnant ce que vous inspire la couverture et le titre de l’ouvrage.

Bien entendu, vous pouvez également maximiser vos chances en partageant le concours sur les réseaux sociaux (n’oubliez pas de joindre le lien à votre commentaire). Ce concours est ouvert à la France Métropolitaine, la Belgique et la Suisse. Il se clôturera le 1er avril 2015.

Edit du 2 avril : Félicitations à Wonderbook et My Pretty Books qui remporte chacune un exemplaire de Et je danse, aussi ! Merci à tous les participants !

La Parisienne

Publicités