715Fccl1v0LUne simple lettre d’amour,
Yann Moix
Ma note : 17/20

Voilà un titre dont je n’avais pas du tout entendu parler, et à côté duquel je serais probablement passée si ma partenaire Quai des Proses ne me l’avait pas offert pou mon anniversaire !! Je te remercie infiniment pour ce cadeau, car ce fut une découverte incroyable.

Mon résumé

Le narrateur a 27 ans. Et ce n’est pas tant une « simple lettre d’amour » qu’il s’apprête à nous livrer au cours de ces 142 pages, mais plutôt une lettre de rupture, douloureuse, sincère, égoïste, d’un homme qui n’aime plus.

Mon avis

A l’heure où se tape cet article, viennent seulement de se refermer les dernières pages de ce court roman. Et je ressens des sentiments tout à fait contradictoires et mêlés au sujet de ma lecture. Tout d’abord, je trouve le titre tout à fait trompeur, mais cela se découvre dès les premières lignes : il ne s’agit non pas d’une lettre d’amour, mais d’une lettre de rupture. Et cela change tout.

De ma lecture, je retiendrai essentiellement deux choses. Il y a tout d’abord ce narrateur, un anti-héros détestable au possible. Si j’avais été la destinataire de cette lettre, j’aurais profondément haï et méprisé cet homme horrible, en le lui faisant bien comprendre. Avec ces révélations sur le souhait de la mort de son ex-compagne, ses multiples expériences sexuelles, son discours si pessimiste sur l’amour et l’avenir… Un homme cliché, empreint de préjugés.
Le choix de Yann Moix semble clair : faire de son personnage le pire cauchemar de ces dames. Celui qui vous met dans son lit pour ne plus jamais vous rappeler. Celui qui séduit pour son propre plaisir. Celui qui rompt avec celle qu’il a cru avoir aimée, d’une manière impitoyable, se fichant pas mal de lui faire du mal, de la détruire. Qui n’écrit que pour se lire. Que pour lui-même.

Et puis… il y a l’écriture. Les mots sont choisis avec précision, et la langue est parfaitement maîtrisée. C’est d’une beauté touchante, même dans l’innommable monstruosité dont le narrateur fait preuve. Il est incroyable de parvenir à admirer un personnage si haïssable parce qu’il s’exprime si bien. Chaque page que j’ai tournée m’a ravie, et j’ai eu l’impression de passer mon temps à noter telle ou telle phrase qui parlait à mon coeur.

En conclusion

Voilà un titre bien spécial qui résonnera longtemps à ma mémoire. Impossible de me détacher de l’horrible discours de cet homme qui incarne tout ce que l’on déteste, ce qu’on refuse de croire vrai. Le tout, à travers une plume des plus élégantes qui m’aura fait chavirer à chaque page. Un livre qui rend curieux, et qui, une fois refermé, nous laisse vraiment songeur.

La Parisienne

Publicités