event_salon-du-livre_9762

Hello Readers !

Cette année, comme assez souvent en fait, je me suis rendue au Salon du Livre de Paris, rebaptisé Livre Paris. Pour autant, c’était la première fois dans ma vie de lectrice que je m’étais autant organisée : programme, planning de dédicaces, rendez-vous avec des blogueuses et des attachées de presse… Rien n’était laissé au hasard, et ma journée était optimisée pour me permettre d’accomplir le plus de choses possibles. Je tiens à remercier tout particulièrement Sorbet Kiwi, La Rousse Bouquine et Pretty Books de m’avoir accompagnée tout au long de cette journée. Et un grand coucou à toutes les autres que j’ai eu l’occasion de croiser et avec qui j’ai pu discuter, au détour de quelques allées…

J’appréhendais beaucoup ma visite au Salon du Livre en raison des mesures qui étaient prises concernant les livres. Dois-je vous rappeler cette polémique sur l’impossibilité de venir visiter le salon avec des livres sur soi ? Dois-je vraiment vous rappeler mon indignation face à cette mesure stupide et incroyablement commerciale, qui force la vente ? Comment voulez-vous faire dédicacer des livres à des auteurs, si vous n’avez pas les livres ? Qu’aurions-nous à dire à des auteurs que nous n’aurions jamais lus et dont nous viendrions d’acheter les livres ? Possédant déjà la plupart des romans que je souhaitais faire dédicacer, je m’étais « autorisée » à ramener quatre exemplaires, qui n’ont nullement été vérifiés. Je me suis également autorisée quelques achats.

***

La première auteure que je suis allée voir, c’est Agnès Ledig. J’ai été assez… surprise par son comportement (et je peux le dire car après tout, elle ne viendra probablement pas visiter mon blog, puisqu’elle a refusé ma carte…). J’ai un peu regretté sa froideur, car j’avais beaucoup aimé On regrettera plus tard. J’ai d’ailleurs acheté un autre de ses livres, Marie d’en haut, sur place pour le lui faire dédicacer au passage. J’avais également commandé Juste avant le bonheur via un bon d’achat, mais il ne m’avait pas été livré à temps. Je pense que je lirai ces deux titres avec plus de distance, maintenant que je connais l’auteure, et c’est un peu dommage…

Après cette brève rencontre, j’ai pu discuter avec Agnès Martin-Lugand. J’avais adoré Les Gens heureux lisent et boivent du café, et j’ai pu lui dire à quel point son roman m’avait bouleversée. J’ai vraiment hâte que la suite sorte en poche pour l’ajouter à ma bibliothèque !

Mon programme était un peu plus léger pendant la matinée, je me suis arrêtée un peu par hasard pour aller rencontrer Romain Puertolas qui m’a dédicacé sa dernière sortie poche. J’ai par la suite pu arpenter les allées et m’acheter quelques livres pour les dédicaces, notamment Bertrand et Lola, pour ma rencontre avec Angélique Barbérat, dont je n’ai malheureusement aucune photo à vous montrer. Une auteure que j’avais beaucoup aimée avec L’instant précis où les destins s’entremêlent.
Je me suis ensuite longuement attardée sur le stand d’Albin Michel, où j’ai beaucoup discuté avec Valérie Perrin <3 Est-ce encore utile que je vous parle de son livre poignant ? Les Oubliés du dimanche m’a profondément marquée, et ce fut un plaisir pour moi de retrouver son auteure, que j’avais déjà eu la chance de rencontrer sur Paris.

J’ai ensuite longuement attendu pour rencontrer Mathias Malzieu, qui m’avait beaucoup touchée à travers son Journal d’un vampire en pyjama, et qui m’a probablement fait la plus belle dédicace dont l’on puisse rêver !

Après cette aventure rocambolesque, je suis allée faire signer mon exemplaire d’Une simple lettre d’amour (qui m’avait été offert par ma précieuse Quai des Proses <3) à Yann Moix, qui m’a posé beaucoup de questions sur ma lecture :) C’était assez drôle.

Au détour des allées et des signatures, j’ai également pu croiser Valérie Tong-Cuong, dont j’ai reçu le roman Pardonnable, Impardonnable, que je lirai prochainement. J’ai également eu l’occasion de discuter avec Emmanuelle Pirotte, dont j’avais lu Today we live, que je n’avais malheureusement pas sur moi. J’ai aussi entraperçu l’auteure du livre que je suis en train de lire actuellement, Newland, mais n’ai pas pu aller lui parler.

***

Finalement, je n’ai « seulement » manqué que Gilles Legardinier, un auteur que j’aime pourtant beaucoup et que je me suis décidée à aller rencontrer lors de sa prochaine dédicace, peu importe le temps que cela prendra.
Je garderai de cette magnifique journée le souvenir de rencontres avec des auteurs incroyables, des blogueuses merveilleuses, et des attachées de presse formidables. En tout cas, l’année prochaine, j’y retourne sans hésitation !

La Parisienne

Publicités