Attachement
Rainbow Rowell

Cela fait des années que j’entends parler de Rainbow Rowell, et je n’avais pourtant jamais cédé à l’appel. J’ai son titre phare, Eleanor & Park, dans ma PAL depuis longtemps, mais je dois dire que l’on m’a tellement vanté l’auteure que mes attentes sont très hautes. Lorsque j’ai découvert que les éditions Milady allaient rééditer Attachement, je me suis dit que c’était l’occasion. Un grand merci à eux pour cette lecture.

Le résumé

Lincoln, gentil geek aux faux airs d’Harrison Ford, travaille dans une entreprise où son rôle consiste à contrôler les e-mails des employés. C’est ainsi qu’il parcourt les échanges de Jennifer et Beth, deux copines aussi impayables qu’attachantes. Sans même l’avoir vue, Lincoln va tomber amoureux de Beth. Mais comment lui déclarer sa flamme sans passer pour un fou ? Surtout que la jeune femme semble avoir un faible pour un « inconnu » qui travaille dans le même immeuble.

Mon avis

Comme je vous le disais précédemment, je n’avais encore jamais lu de roman de Rainbow Rowell, une auteure dont j’entends beaucoup parler, et toujours en bien – il n’y a qu’à voir l’avalanche de commentaires positifs qu’a suscité ma photo sur les réseaux sociaux. Automatiquement, donc, je me suis attendue à découvrir rien de moins qu’un chef d’oeuvre. Et… finalement, c’est une déception.

Déjà, l’intrigue prend place en 1999, au tout début de l’ère informatique. J’avais donc 7 ans à cette époque, cela me paraît tellement loin… J’ai eu la sensation d’être en décalage par rapport aux personnages, et en même temps bien peu. Je m’explique : lorsque j’ai lu Bridget Jones (par exemple), j’ai pleinement senti les références un peu obsolètes.
Là, hormis le décor planté au début du 3ème millénaire, rien ne justifie que l’intrigue se déroule davantage en 1999 qu’en 2017, en dehors peut-être du boulot de Lincoln. Les échanges de mail entre Beth et Jennifer pourraient très bien se passer sur Facebook, la teneur en serait la même.

J’ai eu du mal à m’imprégner de l’histoire, aussi mièvre et pleine de bons sentiments fut-elle. J’ai bien aimé l’évolution du personnage de Lincoln, mais je n’ai pas trouvé Beth attachante. Je n’ai pas accroché à leur idylle, je me suis sentie… à distance de cette histoire qui, de fait, m’a profondément ennuyée. Et le livre est long, plus de 600 pages !
En réalité, je crois même que par moments, j’avais du mal à distinguer Beth et Jennifer, qui étaient à mes yeux interchangeables… Pour moi, l’auteure n’a pas réussi à les différencier et à faire intervenir un élément qui aurait suscité la sympathie davantage pour Beth que pour Jennifer, ce qui explique également que j’ai eu du mal à comprendre la raison pour laquelle Lincoln est tombé amoureux de Beth plutôt que de sa copine.

En conclusion

Attachement est un roman certes divertissant, dont le pitch de départ m’avait semblé original, mais dont la mise en place est finalement très longue et peu crédible. J’ai eu du mal à adhérer aux personnages et à ce dénouement que j’ai trouvé mièvre et cliché. Pas sûre de retenter l’expérience avec l’auteure, donc. Dommage !

La Parisienne

Publicités