The Hate U Give
Angie Thomas

Il y a peu de temps, j’ai été contactée par les éditions Nathan qui me proposaient de recevoir ce roman très prometteur, pour pouvoir ensuite en discuter avec d’autres blogueuses autour d’une table ronde. Vu le sujet du roman, je ne pouvais qu’accepter cette proposition ! Je remercie donc les éditions Nathan pour cette lecture.

Le résumé

Sixteen-year-old Starr Carter moves between two worlds: the poor neighborhood where she lives and the fancy suburban prep school she attends. The uneasy balance between these worlds is shattered when Starr witnesses the fatal shooting of her childhood best friend, Khalil, at the hands of a police officer. Khalil was unarmed.
Soon afterward, Khalil’s death is a national headline. Some are calling him a thug, maybe even a drug dealer and a gangbanger. Starr’s best friend at school suggests he may have had it coming. When it becomes clear the police have little interest in investigating the incident, protesters take to the streets and Starr’s neighborhood becomes a war zone. What everyone wants to know is: What really went down that night? And the only person alive who can answer that is Starr.
But what Starr does—or does not—say could destroy her community. It could also endanger her life.

Mon avis

La première chose que j’ai envie de vous dire pour vous parler de cette lecture, c’est qu’au bout d’une centaine de pages à peine, j’ai eu l’impression d’être plongée au coeur de Gran Torino version ado, et c’est assez révélateur lorsque l’on sait à quel point j’ai aimé ce film. 
L’histoire de Starr tourne autour de sa vie dans le quartier de Garden Heights. Starr est une adolescente de 16 ans, son père est un ancien dealer de drogue qui après avoir passé 3 ans en prison, a décidé de quitter le gang dont il faisait partie. Dans leur quartier, la guerre des gangs est omniprésente mais pourtant le père de Starr refuse de déménager, car il pense que rien ne changera jamais si les gens quittent le ghetto et ignorent la situation. Cependant, Starr a la chance d’aller dans un lycée « de blancs », à l’autre bout de la ville, et d’échapper ainsi à la misère du ghetto. Toute sa vie bascule le jour où elle perd son meilleur ami, Khalil. Elle est le seul témoin de son meurtre, et va devoir faire un choix : mettre sa famille en danger et témoigner pour obtenir « justice pour Khalil », ou se protéger elle mais trahir son ami en ne témoignant pas.

J’ai profondément aimé les personnages de ce roman. C’est agréable de découvrir une lecture à destination d’un public adolescent qui pourtant ne présente pas les personnages de manière manichéenne, surtout avec un sujet aussi lourd que celui-ci. Rien n’est tout blanc ou tout noir (sans mauvais jeu de mots) : Starr agit à la fois de manière fidèle tout en reniant Khalil, Khalil est un garçon que l’on apprend à aimer mais qui a commis des erreurs dans sa vie, le père de Starr est un personnage profondément attachant mais qui a pourtant fait de la prison… Il nous est même difficile de détester Cent-Quinze, malgré toute la haine que Starr ressent pour lui. L’auteure a vraiment cette faculté de décrire des personnages qui sont tout simplement humains.

Ce roman explore très bien des thématiques pourtant difficiles à aborder dans un roman adolescent : il y a question de justice, de vérité, de minorités, de racisme, et d’identité aussi. Starr évoque souvent sa difficulté à savoir qui elle est vraiment, qui elle s’autorise à être. Elle est toujours tiraillée entre la personne qu’elle est dans son quartier, et celle qu’elle est au lycée.

C’est un roman plein de rebondissements et d’émotions, qui m’a totalement embarquée dans sa narration très dynamique. Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer une seule seconde. J’ai eu peur pour Starr et sa famille, et je me suis beaucoup mise à la place de notre héroïne. Qu’aurais-je fait, à sa place ? Je trouve ça intéressant de confronter les adolescents à cette réalité, qui prend certes place aux États-Unis mais qui, j’en suis sûre, ne concerne pas uniquement ce pays.

En conclusion

Ce roman est à mes yeux un indispensable à faire découvrir aux adolescents. C’est un roman engagé et profondément bouleversant qui permet de nous interroger sur une multitude de sujets. Le racisme est au coeur de cette histoire, mais il serait réducteur de ne parler de The Hate U Give qu’à travers ce prisme. C’est au contraire un roman très riche et qui balaie de nombreux thèmes tous plus intéressants les uns que les autres. J’ai particulièrement apprécié la large palette de personnages qui, tous, échappent à un manichéisme qui aurait pourtant été facile lorsque l’on parle de guerre de gangs. En bref, un roman que j’ai profondément aimé et que je vous recommande.

La Parisienne

Publicités