album-cover-large-24391

Les Crocodiles,
Thomas Mathieu
Ma note : 20/20

Quand on est une femme aujourd’hui, on ne peut pas se balader dans la rue sans un sentiment d’insécurité. L’homme est, consciemment ou non, toujours présenté comme un dangereux prédateur duquel nous devons nous méfier. J’ai à coeur de dénoncer cette situation que je subis tous les jours de ma vie, et contre laquelle je suis pleinement engagée. A mon tour, je souhaite vous sensibiliser à cette belle initiative qu’est le projet Crocodiles.

Mon résumé

Les Crocodiles est une bande dessinée qui présente des témoignages réels, du point de vue des femmes, d’agressions ou de violences quotidiennes, dont le harcèlement de rue est un point essentiel.

Mon avis

« T’es belle ! », « Hé mademoiselle ! », « T’as pas un 06 ? » et toutes les insultes qui vont avec. Vous connaissez ? Moi aussi. Et nous ne sommes pas les seul(e)s, malheureusement.

Les Crocodiles est pour moi une bande-dessinée que tout le monde devrait connaître, et qui devrait même être lue dans les cours d’éducation civique dès le collège, afin de sensibiliser les enfants dès le plus jeune âge à cette problématique importante. Car c’est un fait : de nos jours, les femmes ont peur de se balader seules dans la rue. De nos jours, les femmes qui se promènent seules dans la rue prennent le risque de se faire aborder et/ou insulter. De nos jours, les comportements machos n’ont toujours pas disparu… Ma chère Simone doit s’en retourner dans sa tombe du Père-Lachaise, à côté de Jean-Paul !
Je ne vais pas revenir sur mon expérience, je vous en ai déjà longuement parlé, à plusieurs reprises : pour rappel, je vous renvoie à mon témoignage et à ma lecture de Nous sommes tous des féministes.

Si le terme de « harcèlement de rue » vous est totalement inconnu, je vous conseille vivement de jeter un oeil à cette bande-dessinée. Tout simplement parce que je suis certaine que vous vous êtes déjà retrouvé dans une situation similaire, ou parce que vous connaissez quelqu’un qui l’a été. Parlez-en autour de vous, et vous verrez.

Dans cette oeuvre, tous les hommes sont représentés par des crocodiles, ce qui peut donner lieu à une discussion exposée dans une post-face : elle se justifie par l’éducation fournie aux femmes, à qui l’on apprend que tous les hommes sont des prédateurs. Même les hommes « bien » sont en position de force par rapport à la femme, et peuvent se retourner contre elles. En somme : les femmes ne sont à l’abri nulle part.
Je suis d’ailleurs très heureuse de voir que le problème est abordé par un homme qui choisit sciemment d’épouser le point de vue des femmes. Car non seulement Thomas Mathieu a pris conscience du problème, mais il en a bien mesuré l’ampleur puisqu’il a choisi de s’engager en le dénonçant.

C’est vrai, cette vérité est dérangeante. D’autant plus que tous les témoignages présentés par Thomas Mathieu sont vrais. Ils lui ont été rapportés par des femmes, de manière anonyme ou non. Et les dessins de l’auteur ont un but : dénoncer.

Si vous aussi, vous en avez marre du harcèlement de rue, des comportements sexistes, et de la pression du regard masculin sur votre corps, ou si vous n’êtes toujours pas convaincus, je vous conseille de jeter un oeil à ces quelques articles collectés ci-dessous :
– tout d’abord, le site Hollaback ! dans son intégralité qui collecte des témoignages, combat les discriminations sexistes, et soutient les droits des femmes,
– cet article du Monde intitulé « Le harcèlement de rue, c’est notre quotidien », daté du 16 avril,
– le tumblr dédié au phénomène,
– une caméra cachée publiée sur madmoizelle,
– un article de Diglee, que j’affectionne particulièrement,
– ce témoignage de Jack Parker.

En conclusion

Les Crocodiles est une oeuvre aussi fondamentale qu’indispensable. J’adhère totalement au projet de l’auteur, puisque je suis moi-même victime au quotidien de ces agissements. Pour faire évoluer les comportements, la première étape passe par la prise de conscience : et les Crocodiles en est un moyen efficace.

La Parisienne

Publicités