Dans_la_tourmente_Les_annees_du_silence_1__c1_largeLes Années du silence,
Louise Tremblay d’Essiambre

Pour mon premier article de l’année, je suis très fière de vous parler de ma première lecture en tant que Lectrice Charleston. A quelques jours de la sortie de ce roman, il est temps pour moi de vous présenter cette première découverte, qui fut pour le moins dépaysante !

Mon résumé

Dans les années 40, la guerre n’épargne pas la Beauce canadienne… Cécile n’a que 17 ans, et elle aime passionnément Jérôme. Tant, qu’elle tombe enceinte sans être mariée. Mais il n’est pas question chez les Veilleux d’un bébé hors mariage : même s’ils s’aiment, Cécile et Jérôme devront confier leur enfant à l’orphelinat…

Mon avis

J’ai toujours préféré les histoires tristes aux histoires légères et joyeuses, je m’en vois chaque fois davantage transportée qu’avec une simple happy end. Les Années du silence m’a pour cela comblée. Nous rencontrons rapidement deux personnages jeunes, et pourtant empreints d’une passion sans limite l’un envers l’autre. La vie les rattrape un peu trop tôt et leur impose une épreuve, qu’ils ne peuvent traverser sans en référer à leurs parents… C’est Eugène, le père de Cécile, qui prendra la décision finale : Cécile abandonnera l’enfant.

Difficile de parler de cette lecture sans trop en dévoiler sur son contenu, bien que rapidement, nous en arrivions beaucoup plus loin que ce que l’on pouvait croire. Et pourtant, c’est comme moi, à l’aveugle, que je vous recommande cette découverte. Votre coeur aura sûrement des ratés, car les Années du silence est un concentré d’émotions : de la tristesse à l’espoir, de la stupeur à la joie. J’ai aimé la profondeur de la psychologie de Cécile, mais aussi de Jérôme, d’Eugène, de Gérard, de Rolande, de Mélina, et de Gisèle qui a presque ma préférence. L’auteure a très bien travaillé ses personnages, et aucune décision n’est prise à la légère. Tout est mesuré, et le tiraillement de Cécile entre sa famille et l’amour, entre son devoir et son coeur nous est très bien retranscrit.

La vie n’épargne pas Cécile, et mon coeur s’est souvent serré pour elle. J’ai cependant trouvé quelques longueurs au récit, quelques frustrations parfois aussi lorsque les personnages n’agissaient pas comme je l’aurais voulu, même si tout était cohérent et que rien n’aurait pu se dérouler autrement…
Je dois avouer que les conversations canadiennes m’ont pesée par moments, mais elles s’espacent à mesure que progresse la lecture, et n’entravent en rien la compréhension des dialogues.

En conclusion

Les Années du silence est un roman poignant empreint d’une beauté tragique que j’ai adorée. J’ai adoré la profondeur des personnages, très finement travaillés et toujours cohérents dans leurs décisions. Je regrette simplement quelques longueurs dans le récit.

5 A découvrir

La Parisienne

Les avis des autres Lectrices Charleston :
Alison, My Little Anchor
Carène, Des mots et moi
Djihane, Les instants volés à la vie
Ivana, Comme dans un livre
Sandrine, Vu de mes lunettes
Cassandre, Casscroutons des livres

LC 2016

Publicités