Game of thrones, intégrale 4
George R.R. Martin

Je suis tellement fière, vous ne pouvez pas savoir à quel point. Tellement fière de tenir cette résolution en compagnie de ma copine d’amour Stéphanie ! Sans elle, je crois bien que j’aurais déjà abandonné depuis longtemps. Et je serais passée à côté de tellement de choses !!

Le résumé 

Le royaume de Sept Couronnes ne cesse de s’enliser dans la guerre civile. Sur le Mur, l’intervention armée de Stannis Baratheon contre les sauvageons place le nouveau lord-commandant de la Garde de nuit dans une situation difficilement tenable.

Mon avis

J’ai appris dans cette intégrale que George R.R. Martin avait l’intention d’écrire beaucoup, beaucoup plus que prévu. Et quand il a réalisé que ce tome faisait pratiquement le double en volume de ses précédents, il a fait le choix de le scinder en deux : non pas en respectant la chronologie des événements, mais en ne parlant dans ce tome que de la moitié des héros, et de l’autre moitié dans le tome suivant. Bref, il me tarde de retrouver Daenarys, Tyrion, Jon et les autres !

Dès le début de ma lecture de cette intégrale, j’ai porté attention au féminisme de l’oeuvre, et j’ai été servie. On a beau traiter la série de machiste (puisqu’on y voit sans cesse des femmes nues), j’ai trouvé que le rôle des femmes dans ce tome était vraiment très intéressant. Il suffit de prendre quelques personnages pour exemple : Asha, Brienne, Daenarys, Cersei. Toutes ces femmes se battent à l’égal des hommes, j’ai aimé leur force, leur courage, leurs convictions. Et oui, même Cersei, qui est le personnage que j’aime le plus détester dans cette série !
Ce nouveau tome s’attache profondément à défendre le droit d’aînesse… envers les filles, et pas seulement envers les garçons : Myrcella, Asha et Daenarys en sont les exemples. Et j’ai aimé cette réflexion, qui vient notamment de la princesse de Dorne.

Dans ce nouveau tome, de nouvelles intrigues voient le jour : la guerre de Pyk, la vengeance de Dorme. J’aime beaucoup découvrir ces détails qui ne sont pas forcément explicités dans la série. Asha est notamment en phase de devenir mon personnage préféré du roman, j’aime son culot, j’aime son discours, j’aime tout simplement ce qu’elle représente et ce qu’elle revendique. Son personnage est loin d’avoir la même ampleur et la même importance dans la série, comme c’est dommage !

Ce tome présente aussi un aspect psychologique plus développé, me semble-t-il. Sansa n’est plus la jeune fille naïve qu’elle était autrefois, Arya subit son « apprentissage » chez le Dieu multifaces, quant à Jaime… on suit vraiment l’ambivalence de ses sentiments, entre la culpabilité qui entoure la mort de son père et sa fidélité bien moins aveugle qu’auparavant auprès de Cersei.

J’admets avoir été perdue avec des noms de personnages plutôt confusants, comme par exemple « Le Ravisseur » ou « La Princesse en la tour ». Je préfère quand les noms des personnages sont clairement explicités, sinon je passe quelques pages à devoir recontextualiser l’intrigue et j’ai l’impression de perdre pied. C’est toujours difficile pour moi de me remémorer où j’ai abandonné les personnages dans le dernier chapitre qui leur a été consacré.

Les différences avec la série se font de plus en plus sentir : la mort de personnages cruciaux qui ne disparaissent pourtant pas dans la série, la rencontre d’autres personnages (comme Arya et Brienne) qui ne se produit pas du tout dans les livres… Je suis curieuse de découvrir la part de liberté qu’ont pris les réalisateurs par rapport à tout ça, et je ne peux m’empêcher de m’interroger sur la raison qui les a poussés à ces changements.

En conclusion

Je reprends toujours avec beaucoup de plaisir ma lecture de Game of thrones. Si les débuts ont été difficiles, je suis aujourd’hui totalement accro à cet univers que j’aime tant, et j’attends avec énormément d’impatience de découvrir ce que me réserve le dernier tome. Une lecture hautement addictive, très prenante, et pleine de surprises !

La Parisienne

Publicités