Une Sirène à Paris
Mathias Malzieu

J’ai eu la surprise de recevoir ce roman dans la box de Noël spécialement concoctée par les éditions Albin Michel, que je remercie pour cette lecture. Ce n’était pas ma première découverte de l’auteur !

Le résumé

Juin 2016, la Seine est en crue et Gaspard Neige trouve sur les quais une sirène blessée qu’il ramène chez lui. Elle lui explique que tous les hommes qui entendent sa voix tombent amoureux d’elle et en meurent, mais, convaincu que son coeur est immunisé depuis sa rupture, Gaspard décide de la garder jusqu’au lendemain dans sa baignoire.

Mon avis

J’ai embarqué ce livre en week-end sans prendre la peine de chercher à en savoir plus sur son résumé – il faut dire que possédant un jeu d’épreuves, il n’y avait aucune indication du contenu en quatrième de couverture. Ce fut donc une lecture à l’aveugle. Et en ouvrant les premiers chapitres, je me suis rendu compte que le moment n’était sûrement pas le bon pour cette lecture… Malheureusement, je n’avais pas emmené d’autre roman dans mes bagages, alors je me suis malgré tout forcée à aller au bout de cette lecture.

Je suis déçue, car je suis persuadée que si j’avais lu ce livre à un autre moment, la magie aurait opéré. Mais là, ce ne fut pas le cas, et je suis restée en retrait de cette lecture.
L’histoire en elle-même m’a beaucoup rappelé Un monstre à Paris, un film d’animation incarné par Vanessa Paradis et M que j’avais beaucoup aimé au moment de sa sortie.

Mathias Malzieu a un vrai talent pour incorporer de la magie au quotidien, pour mêler le surnaturel au réel. Et je n’avais tout simplement pas envie de ça au moment où j’ai ouvert ce roman. Même si les personnages, et notamment Gaspard, ont l’air attachants, je ne me suis pas particulièrement prise d’affection pour eux.
Même la poésie des mots de l’auteur n’a pas pris sur moi ! J’avais conscience de lire de jolies phrases bien tournées, pleines de douceur, mais je n’ai pas réussi à me plonger dans cette lecture.

En conclusion

Je suis restée assez hermétique à ce récit, tout simplement parce que j’ai commis l’erreur de le sortir de ma PAL au mauvais moment. Je suis persuadée que si j’avais attendu un peu avant de le lire, mon avis aurait été tout à fait différent. Erreur de lectrice dont j’assume l’entière responsabilité !

La Parisienne

Du même auteur :
Journal d’un vampire en pyjama

Publicités